Contrôle budgétaire - Chastel insiste sur les mesures structurelles

04/03/13 à 08:35 - Mise à jour à 08:35

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre du Budget, Olivier Chastel (MR), a insisté lundi sur l'importance des mesures d'assainissement structurelles, à quelques jours d'un contrôle budgétaire où le gouvernement devra procéder à des nouvelles économies. Au micro de Bel RTL, il s'est aussi opposé à la révision de la trajectoire de retour à l'équilibre.

Contrôle budgétaire - Chastel insiste sur les mesures structurelles

Soulignant la charge des intérêts de la dette publique et les appels de la Commission européenne, M. Chastel a mis l'accent sur le caractère structurel des économies à réaliser. Il cite en exemple la récente réforme des arrondissements judiciaires, mise en oeuvre sous la houlette de la ministre Open Vld de la Justice, Annemie Turtelboom. En limitant à terme le nombre de magistrats et de greffiers, elle permet de réaliser des économies importantes, souligne-t-il. Les ambassades conjointes avec le Luxembourg et les Pays-Bas, préconisées par le ministre des Affaires étrangères Didier Reynders (MR), constituent une autre piste, selon lui. Ces mesures ne seront toutefois sans doute pas suffisantes pour atteindre les objectifs budgétaires cette année, admet M. Chastel, pour qui le gouvernement devra "faire preuve d'imagination". Il exclut en tout cas que la Belgique atténue la trajectoire d'assainissement budgétaire, comme le préconisent les socialistes, et semble même favoriser une rigueur accrue. "Pour 2013, (l'objectif d'un déficit de) 2,15% c'est encore trop important", dit-il. La France, qui s'oriente vers un léger assouplissement budgétaire, est différente de la Belgique en ce qu'elle "n'a pas 100% de dette publique", poursuit le ministre du Budget. Le poids de l'endettement belge "nous contraint à des efforts plus importants". Le gouvernement devra procéder à de nouvelles économies, de l'ordre de deux milliards d'euros, lors du prochain contrôle budgétaire où il sera pris acte du ralentissement de la croissance. Le rapport du comité de monitoring, sur lequel se baseront les discussions, est attendu dans les prochains jours. (PVO)

Nos partenaires