Contesté, le président du sp.a Bruno Tobback s'accroche

27/06/14 à 10:02 - Mise à jour à 10:02

Source: Le Vif

(Belga) Le président du sp.a Bruno Tobback renvoie à leurs études ceux qui, parmi les parlementaires socialistes flamands, tiennent pour acquise l'anticipation cette année des élections pour la présidence du parti. Et même si celles-ci devaient effectivement être avancées, "il ne va pas de soi que je fasse un pas de côté", a-t-il ajouté sur les ondes de la VRT. "Quiconque peut être candidat en cas d'élection", a-t-il précisé.

Contesté, le président du sp.a Bruno Tobback s'accroche

Le sp.a a décidé jeudi lors d'une journée des parlementaires de lancer une opération de rénovation après son résultat mitigé aux élections du 25 mai. Depuis un mois, le parti est en proie aux critiques. Elles s'expriment en interne, à l'extérieur et dans les médias. Certains réclament la tête du président Bruno Tobback. Réagissant aux informations publiées vendredi par la presse, ce dernier a réfuté toute décision d'anticiper les élections présidentielles au mois de décembre plutôt que l'année prochaine, comme initialement prévu. La décision ne tombera qu'en septembre quand le plan de rénovation du parti sera prêt, a-t-il dit. Bruno Tobback est d'ailleurs opposé à l'idée d'anticiper ces élections. "Il y en a de toute façon l'année prochaine. Concentrer toute la discussion sur le calendrier de ces élections n'a pas vraiment de sens", a-t-il dit en substance. Le président des socialistes flamands regrette d'ailleurs que l'on ne retienne des discussions actuelles que le débat sur l'opportunité d'organiser de telles élections. Selon lui, il faut s'attacher à voir comment faire remonter le sp.a au-dessus des 14%. "Nous étions tous d'accord pour dire que cela ne se ferait pas en veillant à remplacer le plus rapidement possible le président", a-t-il dit, évoquant les échecs précédents avec Johan Vande Lanotte et Caroline Gennez. Les informations publiées vendredi dans la presse permettent cependant de penser qu'au sein du parti, tout le monde ne partage pas cet avis. Mais ce ne sont pas les parlementaires réunis jeudi qui décideront qui deviendra président. "Ce sont les 50.000 membres du sp.a s'exprimant à bulletin secret", a réagi Bruno Tobback. (Belga)

Nos partenaires