"Consommée sans excès, l'huile de palme n'est pas un poison"

16/07/13 à 20:47 - Mise à jour à 20:47

Source: Le Vif

(Belga) "Consommé sans excès, l'huile de palme n'est pas un poison. Elle a rendu certains services utiles et son procès est exagéré", a expliqué en substance mardi Jean-Michel Lecerf, chef du service nutrition au sein de l'Institut Pasteur de Lille. Fin 2012, 31% de l'huile de palme belge était dite "durable".

L'huile de palme durable et l'huile de palme normale sont exactement pareilles. "Sur le plan nutritionnel, ça ne change rien du tout, et dans les deux cas, ça ne pose pas de problème de santé publique, sauf si elle est consommée à l'excès", explique Jean-Michel Lecerf, qui ne se place ni dans le rang des "pro" ni dans celui des "anti" huile de palme. Dans certains cas, l'huile de palme a d'ailleurs rendu de bons services. "Elle a notamment remplacé des huiles hydrogénées qui étaient mauvaises pour la santé." L'huile de palme est composée à 50% d'acide gras saturés, ce qui permet d'avoir une certaine solidité. "C'est utile pour la margarine par exemple. On pourrait la remplacer par des graisses laitières, mais elles contiennent 65% d'acides gras saturés", précise le nutritionniste français. "Sur le plan scientifique, l'huile de palme, consommée avec modération, n'a pas un bilan si noir", tempère Jean-Michel Lecerf, qui précise que "en France, la consommation journalière moyenne, par personne, est estimée entre 3 et 4 grammes. L'huile de palme représente donc 1,5 à 2g des 30g d'acides gras saturés que nous consommons chaque jour, soit 5% environ." Pour le scientifique, bannir l'huile de palme n'a pas de sens et le procès qu'on lui fait, au niveau nutritionnel, est exagéré. "Elle n'est ni meilleure ni moins bonne que d'autres huiles, elle a ses caractéristiques, et il ne faut pas tomber dans l'excès. Consommer de l'huile de tournesol avec excès ce ne sera pas bon non plus", conclut-il. (Belga)

Nos partenaires