Congrès de rentrée des FDF - La croissance passera par une Europe plus solidaire et un cadre institutionnel plus apaisé

08/09/13 à 13:34 - Mise à jour à 13:34

Source: Le Vif

(Belga) Pour assurer un retour à la croissance, il faut une Europe plus intégrée et plus solidaire ainsi qu'un cadre fiscal et institutionnel plus apaisé et non "une horrible réforme de l'Etat qui crée l'incertitude pour un certain nombre d'acteurs", a affirmé dimanche le député-bourgmestre FDF Bernard Clarfayt, à l'occasion du congrès de rentrée des Fédéralistes Démocrates Francophones.

Congrès de rentrée des FDF - La croissance passera par une Europe plus solidaire et un cadre institutionnel plus apaisé

"Tous ceux qui vous promettent des plans de relance budgétaire sont des menteurs, que ce soit Charles Michel, le petit nerveux de la rentrée des classes qui promet une baisse de la fiscalité de 5 milliards après avoir contribué à augmenter les impôts de 20 milliards, Sabine Laruelle, Laurette Onkelinx ou Paul Magnette, car il n'y en a pas", a souligné Bernard Clerfayt devant quelque 250 militants de la formation amarante réunis en congrès de rentrée à Woluwe Saint-Lambert. Sans confiance réelle, il n'y aura pas de réelle relance, a-t-il ajouté. "A l'échelle européenne, il faut une solution à la crise de l'euro, des dettes publiques et au manque de croissance. Il faut une Europe plus intégrée, plus solidaire avec les pays du sud et cela n'est pas le discours de la N-VA qui crée les conditions d'un maintien d'une croissance faible dans l'Union", a-t-il commenté. A ses yeux, il faut aussi un cadre plus apaisé en Belgique. Il faut pouvoir concevoir une réforme fiscale qui crée les conditions d'une croissance durable en supprimant les "niches idiotes", en générant moins de fraude et en déplaçant pression fiscale actuellement trop forte sur le travail. Il faut un contexte institutionnel apaisé "et pas une horrible réforme de l'état qui crée l'incertitude pour un certain nombre d'acteurs ou plus personne ne comprend rien, ce qui crée une angoisse qui nuit à la croissance économique et à l'emploi", a-t-il dit, reprochant au gouvernement Di Rupo de manquer d'une vision claire et forte de l'avenir du pays. (Belga)

Nos partenaires