Conflit en Syrie - "Nous sommes prêts à y aller" si Obama le décide, dit le secrétaire à la Défense Hagel

27/08/13 à 16:13 - Mise à jour à 16:13

Source: Le Vif

(Belga) Les forces armées américaines sont "prêtes" pour une action militaire en Syrie si le président Barack Obama donne son aval, a déclaré mardi le secrétaire à la Défense Chuck Hagel, accusant Damas d'avoir "utilisé des armes chimiques".

Conflit en Syrie - "Nous sommes prêts à y aller" si Obama le décide, dit le secrétaire à la Défense Hagel

"Nous sommes préparés. Nous avons positionné des éléments capables de répondre à toute option choisie par le président", a déclaré Chuck Hagel. "Nous sommes prêts à y aller", a lancé le chef du Pentagone, actuellement en tournée en Asie du sud-est. Il a ajouté que les Etats-Unis allaient bientôt présenter des preuves de l'usage par le régime syrien de Bachar al-Assad d'armes chimiques. "La Syrie a utilisé des armes chimiques contre son propre peuple", a affirmé Chuck Hagel. "Nous allons avoir très bientôt plus d'informations à présenter", a-t-il dit lors d'une interview à la BBC au Brunei, où il assiste à une réunion de ministres de la Défense de la région. Après avoir discuté avec ses homologues britannique et français plus tôt dans la journée, Hagel a affirmé que "la plupart des pays" estimaient que le régime syrien était à l'origine de l'attaque menée près de Damas le 21 août, qui a fait selon l'opposition 1.300 morts. "Je pense que la plupart de nos alliés, de nos partenaires, des pays de la communauté internationale à qui nous avons parlé -et nous en avons contacté beaucoup- ont peu de doutes sur le fait que les droits de l'Homme les plus élémentaires ont été violés avec le recours (du régime) aux armes chimiques contre son propre peuple". "Je pense que les preuves vont montrer que ce ne sont pas les rebelles qui ont utilisé (les armes chimiques) et il y aura sans doute des informations solides pour prouver que le gouvernement syrien était responsable", a-t-il poursuivi. "Il est de plus en plus clair que le gouvernement syrien est responsable", a-t-il insisté. (Belga)

Nos partenaires