Conflit en Syrie - La Commission de l'ONU sur les droits de l'homme enquête sur 14 attaques chimiques

16/09/13 à 16:01 - Mise à jour à 16:01

Source: Le Vif

(Belga) La Commission d'enquête de l'ONU sur les violations des droits de l'homme en Syrie a annoncé lundi qu'elle enquêtait sur 14 cas présumés d'attaques chimiques qui auraient été commises depuis septembre 2011.

Conflit en Syrie - La Commission de l'ONU sur les droits de l'homme enquête sur 14 attaques chimiques

"Nous enquêtons sur 14 cas présumés d'usage d'armes chimiques, mais nous n'avons pas établi qui est responsable" de ces crimes, a déclaré le président de la Commission, Paulo Pinheiro. "Nous avons vu des vidéos, nous disposons d'analyses d'experts militaires", a-t-il ajouté, citant aussi des interviews auprès de personnel médical. Dans son précédent rapport, la Commission d'enquête n'avait fait état que de 4 cas d'attaques chimiques (deux en mars 2013 et deux en avril 2013). La Commission d'enquête a toutefois refusé d'indiquer quand exactement avaient eu lieu les 10 autres cas, se contentant d'indiquer que les 14 cas ont été enregistrés depuis le début du mandat des enquêteurs en septembre 2011. La Commission espère néanmoins recevoir le feu vert de Damas pour se rendre sur les lieux présumés de ces 14 attaques et établir, dans la mesure du possible, l'identité des responsables, a expliqué Carla del Ponte, membre de la Commission d'enquête. L'ancienne procureure fédérale suisse, également ancienne procureure du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) et du Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR), a expliqué avoir reçu lundi dernier une invitation du régime syrien pour se rendre à titre "personnel" en Syrie. Mme del Ponte a toutefois décliné cette invitation, la Commission demandant une visite "officielle". La Commission d'enquête a été établie le 22 août 2011 par une résolution du Conseil des droits de l'homme et a pour mission d'enquêter sur toutes violations des droits de l'homme depuis mars 2011, et d'identifier les coupables afin de s'assurer qu'ils soient jugés. Dans son dernier rapport, publié le 11 septembre, la Commission accuse le régime de crimes contre l'humanité et de crimes de guerre, et la rébellion de crimes de guerre. La Commission, qui n'a jamais eu l'autorisation de se rendre en Syrie, a par ailleurs élaboré une liste confidentielle de personnes soupçonnées d'avoir commis des crimes en Syrie. (Belga)

Nos partenaires