Conflit à Gaza - Valls impute les violences antisémites à Paris à des "forces radicales"

22/07/14 à 09:32 - Mise à jour à 09:32

Source: Le Vif

(Belga) Le Premier ministre français Manuel Valls a accusé des "forces radicales" et des "groupes extrémistes" d'être à l'origine des violences antisémites qui ont marqué des manifestations propalestiniennes au coeur de Paris et dans une banlieue nord de la capitale.

Ces groupes "utilisent ces manifestations pour alimenter le désordre", a-t-il dit tout en assurant que "la grande majorité des manifestants défile pour des motifs légitimes: l'indignation face aux atrocités de la guerre". Le Premier ministre a de nouveau justifié les interdictions des manifestations de samedi à Paris et de dimanche à Sarcelles. "C'est la violence, avec des slogans, des actes dont le caractère antisémite ne fait aucun doute, qui a justifié l'interdiction. Ce n'est pas l'interdiction qui a provoqué la violence". Interrogé sur la réaction du président du Conseil représentatif des institutions juives, Roger Cuckierman, qui a parlé de "risque de pogroms", Manuel Valls a répondu: "il y a une très grande inquiétude chez les juifs de France. L'assassinat d'Ilan Halimi (un jeune juif qui avait été enlevé et torturé), les attentats de Toulouse et de Montauban (sud-ouest), celui du Musée juif de Bruxelles sont des blessures profondes qui nous concernent tous. Mais j'invite chacun à bien mesurer le sens des mots." Le Premier ministre a défendu le président François Hollande, accusé de partialité envers les Israéliens: "cette critique est profondément injuste. La position de la France, portée avec sagesse par le président de la République, est équilibrée." Manuel Valls a justifié l'autorisation de la manifestation propalestinienne prévue mercredi à Paris car le parcours en "a été discuté et des gages de sécurité ont été donnés par les organisateurs de cette manifestation, plus responsable cette fois-ci". (Belga)

Nos partenaires