Condamnée à rembourser l'Ordre des médecins, "Médecine pour le peuple" va en appel

03/12/12 à 19:13 - Mise à jour à 19:13

Source: Le Vif

(Belga) Condamnée lundi par le tribunal correctionnel de Charleroi à verser 1.500 euros à l'Ordre des médecins, l'asbl "Médecine pour le peuple", fondée par le Parti du Travail de Belgique (PTB), va faire appel de ce jugement, a indiqué en fin de journée Germain Mugemangango, président du PTB de Charleroi, à l'agence Belga.

L'Ordre des médecins avait engagé une procédure judiciaire pour tenter de récupérer auprès de l'association des frais de cotisation qu'une doctoresse de la Maison médicale de Marcinelle, Sofie Merckx, par ailleurs élue conseillère communale PTB, refuse de payer depuis plusieurs années. Condamnée en 2009 par un tribunal à s'acquitter des cotisations impayées, elle ne s'est jamais exécutée. Ce qui a incité l'Ordre des médecins à attaquer son employeur pour tenter de récupérer les sommes dues. Or, selon l'avocate de ce dernier, Sofie Merckx est tout à fait solvable. Comme la cinquantaine de médecins qui travaillent en Belgique au sein de l'asbl Médecine pour le peuple, Sofie Merckx estime que le fonctionnement de l'Ordre des médecins est conservateur et manque de transparence. Tous ont donc décidé, depuis plusieurs années, de ne pas payer leur cotisation. Certains d'entre eux ont déjà été condamnés à rembourser celle-ci par le passé, rappelle M. Mugemangango. "Nous allons faire appel de ce jugement", a-t-il annoncé, soulignant qu'en tentant de récupérer les sommes impayées auprès de l'association plutôt qu'auprès du médecin lui-même, l'Ordre vise à mettre à mal un certain type de médecine, comme l'avait également dénoncé, en audience, l'avocate de l'association. "Il est clair que cette décision est injuste", a commenté le président du PTB de Charleroi. "L'Ordre des médecins s'attaque à la structure même de Médecine pour le peuple. Cet organisme n'est pas transparent, il est obsolète et n'agit pas dans l'intérêt des patients", a-t-il ajouté. Germain Mugemangango s'étonne par ailleurs que les conseils provinciaux de l'Ordre ne sont pas tous sur la même longueur d'onde. Ainsi, à Anvers et à Liège, par exemple, l'Ordre a décidé de ne plus s'attaquer aux médecins qui ne paient pas leur cotisation. Au sein du conseil provincial de l'Ordre des médecins du Hainaut, par contre, on refuse de prendre la même décision, a-t-il expliqué. L'asbl possède actuellement onze maisons médicales en Belgique, dont deux dans le Hainaut, à La Louvière et Marcinelle. Si celle de Marcinelle venait à disparaître, ce sont quelque 1.750 patients qui seraient privés de soins gratuits, selon M. Mugemangango. (MUA)

Nos partenaires