Compétences usurpées - Antoine reste serein: le fédéral doit plus à la Wallonie qu'elle ne doit au fédéral

24/04/13 à 17:08 - Mise à jour à 17:08

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre du Budget de la Région wallonne et de la Fédération Wallonie-Bruxelles, André Antoine (cdH), s'est montré serein mercredi après les déclarations du ministre-président flamand, Kris Peeters (CD&V), à propos des compétences usurpées. Le fédéral doit plus d'argent aux entités francophones que celui-ci ne veut leur en prendre, a-t-il rappelé.

Compétences usurpées - Antoine reste serein: le fédéral doit plus à la Wallonie qu'elle ne doit au fédéral

Dans son accord de majorité, le gouvernement fédéral a prévu de faire des économies dans les compétences qu'il finance mais qui relèvent en principe des Communautés et Régions (politique des grandes villes, coopération interuniversitaire, etc.). Il a inscrit à son budget 300 millions d'euros à ce titre. Jusqu'à présent, fédéral et entités fédérées n'ont pu s'accorder sur ce point. Mercredi matin, à l'entrée du comité de concertation, M. Peeters (CD&V) a manifesté son irritation devant les querelles qui s'éternisent. "On pense que certaines compétences sont régionales? Qu'on les supprime. Nous verrons ensuite ce que nous ferons éventuellement", a-t-il lancé. Son coreligionnaire des Finances, Koen Geens, a quant à lui averti que d'une manière ou d'une autre, le fédéral devrait trouver ces 300 millions d'euros, et qu'il chercherait dans les compétences visées. "Si le fédéral met ses dossiers, nous déposerons les nôtres. Et si on les confronte, c'est le fédéral qui nous devra de l'argent. Soyons sereins! Il semble que, politiquement, le problème soit mal engagé en Flandre et que la Wallonie soit en droit de réclamer plus qu'elle ne doit", a expliqué M. Antoine. Le ministre francophone a en effet établi une liste des "créances certaines" de la Wallonie à l'égard du fédéral, visant le programme de résorption du chômage, l'arrêt Breitsohl relatif à la TVA sur les constructions neuves, l'état de certains bâtiments qui doivent être transférés aux Régions, etc. Au total la créance s'élève à 200 millions d'euros. L'ardoise fédérale s'élève quant à elle à 300 millions d'euros pour l'ensemble des entités fédérées. Le ministre wallon ne manquera pas de rappeler son point de vue vendredi, lors de la réunion de la Conférence interministérielle du Budget. La séance ne portera pas toutefois directement sur les compétences usurpées mais sur le respect par la Belgique du Programme européen de stabilité. (Belga)

Nos partenaires