Comori: tous contre la N-VA, accusée d'avoir la critique facile

10/07/13 à 18:44 - Mise à jour à 18:44

Source: Le Vif

(Belga) La séance plénière de la Chambre a une nouvelle fois été le théâtre de critiques à l'unisson contre la N-VA accusée de se répandre en slogans creux et simplistes contre les réformes entreprises pour moderniser le pays.

En réponse à des questions à la Chambre, le secrétaire d'Etat aux Réformes institutionnelles Servais Verherstraeten a démonté une par une les critiques des nationalistes contre l'accord ficelant la réforme de l'Etat, obtenu la veille au sein du Comori. Comment peut-on dire que l'autonomie fiscale sera "de façade", alors qu'elle pèsera 12 milliards d'euros et 25% de l'IPP, s'est-il demandé. Comment peut-on avoir des doutes sur le fait que le centre de gravité a bougé, du fédéral vers les entités fédérées, alors que le budget régional sera duex fois plus important que les dépenses primaires fédérales, atteignant presque celui de la Sécurité sociale? "Dire autre chose revient à nier l'existence du soleil", a-t-il dit. Dénonçant comme d'autres le vocabulaire simpliste et récurrent de la N-VA, "gifle", "voleur", "la Flandre va payer", "bric-à-brac", le secrétaire d'Etat CD&V, très en verve, a mis le premier parti de Flandre face à ses actes, rappelant qu'il avait accepté en août 2010, 12 principes pour un modèle de financement finalement retenus dans l'actuel projet de loi de financement. Servais Verherstraeten a également démonté l'argument anti-fédéral de la N-VA, rappelant qu'il y avait, en Flandre, des malades et des pensionnés. "Et nous ne les laissons pas tomber", a-t-il dit. "Alors, il y en a qui parlent de changements, il y en qui réalisent les changements", a-t-il conclu. (Belga)

Nos partenaires