Colombie: Betancourt favorable à des "peines alternatives" à la prison pour les Farc

28/07/14 à 19:38 - Mise à jour à 19:38

Source: Le Vif

(Belga) L'ancienne otage des Farc en Colombie, Ingrid Betancourt, s'est dite favorable à l'idée que des membres de la guérilla marxiste puissent échapper à la prison dans le cadre du processus de paix, dans un entretien publié lundi par la presse locale. "Il peut y avoir des peines alternatives", assure Mme Betancourt à propos des guérilleros des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc), dans cet entretien accordé au quotidien El Espectador.

Colombie: Betancourt favorable à des "peines alternatives" à la prison pour les Farc

Principale rébellion du pays, les Farc, qui comptent encore 8.000 combattants selon les autorités, mènent depuis novembre 2012 avec le gouvernement colombien des négociations hébergées à Cuba, afin de tenter de résoudre un conflit d'un demi-siècle. "Il faut qu'il y ait un espace pour permettre à celui qui a été un acteur du conflit de se réconcilier", a estimé l'ex-otage, qui possède les nationalités colombienne et française. Alors candidate à la présidentielle pour un parti écologiste, Mme Betancourt avait été enlevée en 2002 durant la campagne électorale par les Farc, avant d'être secourue six ans plus tard lors d'une opération d'infiltration de l'armée. "Il y a beaucoup de guérilleros qui sont aussi des victimes. Qui ont du agir ainsi car sinon ils se faisaient tuer", a-t-elle encore souligné. Mme Betancourt, qui étudie actuellement la théologie à Oxford et vient de publier le roman "La ligne bleue", avait apporté son soutien au président Juan Manuel Santos, artisan du dialogue avec les Farc, qui a été réélu en juin pour un mandat de quatre ans. Les pourparlers de paix ont jusqu'ici abouti à des accords sur plusieurs points comme la nécessité d'une réforme rurale, à l'origine même de la naissance des Farc, ou encore la participation des ex-guérilleros à la vie politique ou la lutte contre le trafic de drogue. (Belga)

Nos partenaires