Chambre - Vande Lanotte met fin à la polémique sur les titres-services dans l'industrie

24/01/13 à 19:04 - Mise à jour à 19:04

Source: Le Vif

(Belga) Le ministre de l'Economie Johan Vande Lanotte a fermement démenti jeudi à la Chambre vouloir utiliser les titres-services dans le secteur industriel.

Chambre - Vande Lanotte met fin à la polémique sur les titres-services dans l'industrie

Répondant à une question de Catherine Fonck (cdH) il a ainsi mis fin à la polémique créée mercredi par le titre du journal De Tijd qui annonçait qu'il voulait mettre en place un système de titres-services pour le travail ouvrier. "Il y avait 6 journalistes présents lorsque j'ai visité l'entreprise Westvlees à Westrozebeke et un seul a écrit que je voulais utiliser des titres-service dans l'industrie", a dit le minsitre. Et d'expliquer qu'il cherche en effet une solution pour les travailleurs très peu qualifiés. "Ce que j'ai dit, c'est que nous avons trouvé une solution pour le secteur du nettoyage avec les titres-service. Et pour l'industrie, nous devons également trouver une solution pour maintenir chez nous des emplois occupés par des personnes peu scolarisées". Le ministre a insisté sur le fait que cela ne peut pas se faire via des titres-services mais qu'il faut des mesures ciblées en faveur de personnes peu qualifiées qu'il faut sortir du chômage malgré le fait qu'elles n'entrent en ligne de compte que pour des emplois qui offrent peu de valeur ajoutée. L'entreprise qu'il a visité doit faire face à une concurrence déloyale de la part de l'Allemagne, a rappelé le ministre qui dit y avoir recueilli des informations intéressantes pour élaborer des solutions auxquelles il travaille avec la minsitre de l'Emploi Monica De Coninck. "La mesure sera ciblée sur les emplois très peu qualifiés et l'objectif est que la diminution des coûts soit aussi rentable que possible", a-t-il encore précisé. M. Vande Lanotte a ajouté qu'il "déplorait le fait que lorsque l'on dit quelque chose qui a été repris par un journaliste mais qui a été retranscrit différemment par ses confrères, certains réagissent - ainsi que l'ont fait Voka et Unizo". (ALN)

Nos partenaires