Centrafrique/négociations: la rébellion demande que Bozizé soit traduit devant la CPI

09/01/13 à 16:53 - Mise à jour à 16:53

Source: Le Vif

(Belga) La coalition rebelle centrafricaine du Séléka a demandé mercredi que le président François Bozizé soit traduit devant la Cour pénale internationale (CPI), dans un mémorandum présenté au premier jour des négociations avec le pouvoir et l'opposition à Libreville.

Centrafrique/négociations: la rébellion demande que Bozizé soit traduit devant la CPI

Le Séléka "demande qu'une procédure soit engagée devant la CPI de la Haye contre François Bozizé", indique le texte. La rébellion accuse le président centrafricain de "faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité", parlant notamment de "détentions et séquestrations arbitraires" et de "disparitions, assassinats et exécutions sommaires". Après une conquête éclair de la majeure partie du pays depuis le 10 décembre, la rébellion qui se trouve désormais aux portes de Bangui demande "la reconnaissance" par Bozizé "et son régime de leur défaite militaire et leur abdication dans l'intérêt du peuple centrafricain". A l'ouverture de la rencontre mercredi, le ministre congolais des Affaires étrangères, Basile Ikouébé, qui dirige la réunion, a demandé aux rebelles et à l'opposition de "s'en tenir aux règles de l'Union africaine par rapport au changement de régime", une allusion à l'exigence de la rébellion que Bozizé parte. Dans le mémorandum, le Séléka reproche de nouveau au pouvoir le non-respect de divers accords de paix signés entre le gouvernement et les rébellions, notamment l'accord de paix global de Libreville de 2008. "Les différents accords de paix signés avec les groupes politico-militaires qui ont prévu des solutions idoines pour la paix globale et la sortie définitive de crise sont abandonnées délibérément aux oubliettes", dénonce la rébellion dans ce document. (PVO)

Nos partenaires