Centrafrique: Bozizé promet un gouvernement d'union nationale après des pourparlers

30/12/12 à 17:12 - Mise à jour à 17:12

Source: Le Vif

(Belga) Le président de la Centrafrique François Bozizé a promis un gouvernement d'union nationale après le dialogue avec la rébellion du Séléka à Libreville. Il a aussi affirmé qu'il ne se présenterait pas à sa propre succession en 2016, a annoncé le président de l'Union africaine.

François Bozizé "est prêt à se rendre à Libreville ce jour même" si ses pairs le lui demandent, et s'est dit prêt au dialogue avec la rébellion "qui doit conduire à un gouvernement d'union nationale", a affirmé le président de l'Union africaine (UE) Thomas Boni Yayi. "Il m'a confirmé qu'en 2016, il ne sera pas candidat à sa propre succession et qu'il va respecter les dispositions constitutionnelles", a ajouté M. Boni Yayi. Le président centrafricain a été très critiqué ces derniers mois par l'opposition qui le soupçonnait de vouloir modifier la Constitution afin de briguer un troisième mandat. Les négociations de Libreville, proposées par les chefs d'Etat de la Communauté économique des Etats d'Afrique centrale (CEEAC), porteront sur les différents accords de paix conclus entre 2007 et 2011 avec les rébellions, comme le Séléka le souhaitait. Le Séléka, qui a repris les armes le 10 décembre, s'est assuré le contrôle de la majeure partie du territoire centrafricain à une vitesse fulgurante et sans rencontrer de véritable résistance. Durant toute sa progression, la rébellion a affirmé être prête à la négociation. Elle réfutait jusqu'à présent vouloir marcher sur Bangui tout en continuant à conquérir de nouvelles villes. Mais, dimanche matin, le Séléka a demandé le départ du président centrafricain François Bozizé et n'excluait plus de prendre Bangui. (SIA KAMBOU)

Nos partenaires