Cancer du col de l'uterus: un objectif de vaccination peu crédible, selon le cdH

09/01/13 à 18:19 - Mise à jour à 18:19

Source: Le Vif

(Belga) "L'objectif me paraît peu crédible", a jugé mercredi le député André du Bus (cdH) au regard des maigre résultats de la vaccination contre le cancer du col de l'uterus menée en Fédération Wallonie-Bruxlles. La ministre de la Santé, Fadila Laanan, s'était fixé un objectif de taux de couverture de 60 pc au cours de l'année scolaire 2011-2012. Or le résultat est bien en-deça: seulement 20 pc des élèves de deuxième secondaire se sont fait vacciner, révélaient mardi les journaux du groupe SudPresse.

L'objectif de taux de couverture fixé pour l'année scolaire en cours a donc peu de chances d'être atteint puisqu'il était de 80 pc. La ministre entend toutefois "maintenir un objectif de santé publique adéquat" et a prévu un calendrier d'actions d'information et de sensibilisation supplémentaires: un courrier d'information sera adressé aux médecins, un accent particulier sera mis sur ce vaccin dans le cadre de la semaine européenne de vaccination au mois d'avril et une fiche sera réalisée sur l'efficacité et la sécurité de cette vaccination. Selon la ministre, plusieurs freins ralentissent cette vaccination: le vaccin doit idéalement être administré avant le premier rapport sexuel, ce qui implique de parler de la sexualité avec des jeunes filles; il ne protège pas contre tous les virus du "papillome humain" qui provoque le cancer et il est dès lors recommandé de faire un dépistage tous les trois ans à partir de 25 ans; trois doses, et donc trois visites, sont nécessaires. D'un point de vue budgétaire, il impose en outre à la médecine scolaire d'organiser des visites médicales supplémentaires. La ministre a également relevé des disparités de vaccination en milieu scolaire en fonction du réseau: il y a eu quatre fois moins de vaccination dans le réseau libre que dans le réseau officiel. Selon Mme Laanan, "beaucoup de malentendus" règnent à propos de cette vaccination, très controversée. Certaines études contestent son efficacité et pointent le risque d'effets secondaires. La prédecesseur de la ministre, Catherine Fonck (cdH) avait en 2008 affiché ses réticences à l'imposer dans le cadre de la médecine scolaire. En juin 2011, le gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a décidé de rendre gratuite cette vaccination dans le cadre de la médecine scolaire. En Belgique, environ 700 cancers du col utérin sont recensés chaque année. Selon une étude européenne, ce cancer demeure la principale cause de décès par cancer chez les femmes de 15 à 44 ans. (PVO)

Nos partenaires