Budget - "Le fédéral devra trouver encore 400 millions pour l'année prochaine"

01/07/13 à 09:29 - Mise à jour à 09:29

Source: Le Vif

(Belga) Après s'être accordé sur 2,37 milliards d'euros, le gouvernement fédéral devra trouver encore 400 millions d'euros pour boucler le budget de l'année prochaine, a indiqué le ministre des Finances Koen Geens sur les ondes de la VRT. L'entité II (soit les Régions, Communautés, pouvoirs locaux et provinciaux) devra assumer le restant de l'effort à réaliser pour atteindre les 3,3 milliards d'assainissement qui permettront à la Belgique de respecter ses engagements européens.

Budget - "Le fédéral devra trouver encore 400 millions pour l'année prochaine"

Interrogé sur Bel-RTL, le ministre du Budget, Olivier Chastel (MR), ne s'est pas avancé sur le montant qu'il reste à trouver. "Avant de compléter notre épure, nous devons terminer cette négociation avec l'entité II pour voir quelle sera sa part dans l'assainissement financier en 2014", a-t-il souligné. Cet assainissement passe par des mesures qualifiées diversement par les ministres selon leur couleur politique. La vice-première ministre PS, Laurette Onkelinx, est revenue sur l'"impôt minimum de sociétés", qui visera les grandes entreprises qui distribuent des dividendes mais esquivent l'impôt grâce à des divers mécanismes, comme les pertes reportables ou les intérêts notionnels. "J'ai plaidé ça pendant des années et nous l'avons obtenu", a-t-elle lâché sur La Première. "C'est un impôt sur les grandes sociétés", a-t-elle insisté, alors que son collègue libéral, Olivier Chastel, préférait l'appellation de "fairness tax". Les avocats seront désormais soumis à la TVA. La Belgique était le dernier pays d'Europe où une telle exonération était en vigueur. "Tôt ou tard, nous aurions dû le faire", a fait remarquer le vice-premier Open Vld, Alexander De Croo. Soumission des intercommunales à la TVA pour leurs activités commerciales ou taxation des SICAV sans passeport européen, réduction de la prime de rentrée scolaire, etc. Les mesures sont variées pour atteindre l'objectif budgétaire. Les titres-services seront également visés puisqu'ils augmenteront de 50 centimes (passant de 8,5 à 9 euros) et que leur déductibilité sera limitée à 150 chèques par personne. Certaines mesures ne seront en revanche pas prises. Il avait été question de l'augmentation des accises sur le diesel mais l'idée a été abandonnée. "On aurait pu et ça aurait rapporté beaucoup d'argent au budget. On a eu un long débat et on a considéré qu'il y avait beaucoup de travailleurs qui partaient à leur travail et rentraient le soir avec leur véhicule. Aujourd'hui, taxer le diesel, c'était aussi pénaliser ceux qui utilisent leur véhicule", a expliqué M. Chastel. (Belga)

Nos partenaires