Budget de l'enseignement - 200 militants de la CGSP dénoncent "les économies envisagées" par la Fédération Wallonie-Bruxelles

19/09/13 à 12:25 - Mise à jour à 12:25

Source: Le Vif

(Belga) Quelque 200 militants de la CGSP-AMio (administration et ministères) ont bruyamment manifesté jeudi matin devant le siège du gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles pour dénoncer les économies envisagées sur les frais de fonctionnement des écoles du réseau officiel.

A la veille de l'ouverture du conclave budgétaire des gouvernements francophones, la CGSP (socialiste) redoute que l'exécutif réduise à terme de 36 millions d'euros par an les allocations de fonctionnement accordées aux écoles du réseau de la Communauté pour payer le chauffage, l'électricité, mais aussi leur personnel d'entretien et de cuisine. "Cette mesure ne pourra qu'amener des établissements tout droit vers la faillite car ils disposeront d'une dotation négative dans certains cas! ", affirme le syndicat qui redoute la "mort annoncée" du réseau d'enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Contraint à la rigueur, le gouvernement de la Fédération a évoqué en juillet dernier son intention de geler le versement de la dernière tranche prévue par l'accord de la Saint-Boniface. Conclu en 2001, celui-ci prévoit de relever progressivement le soutien public à l'enseignement subventionné (libre, communal et provincial) afin de porter ses allocations de fonctionnement à 75% des dotations dont bénéficie le réseau d'enseignement organisé par la Communauté française. Mais pour néanmoins respecter l'objectif de 75%, le gouvernement envisagerait dans la foulée de... réduire son soutien au réseau de la Communauté. Une mesure qui permettrait d'économiser 36 millions d'euros par an en vitesse de croisière. Selon le syndicat, la mesure pourrait entraîner la perte de 1.200 emplois, soit un "nouveau ArcelorMittal" dénonçait l'une des banderoles déployées jeudi matin devant le siège du gouvernement. (Belga)

Nos partenaires