Budget 2014 de la Région bruxelloise - Vanhengel oppose au critiques le chemin parcouru depuis le début de la crise

13/12/13 à 13:12 - Mise à jour à 13:12

Source: Le Vif

(Belga) Le gouvernement bruxellois peut être assez fier du travail accompli sur le plan budgétaire si l'on regarde où l'on en était il y a cinq ans au moment de l'éclatement de la crise, a affirmé vendredi le ministre bruxellois des Finances Guy Vanhengel, dans le cadre du débat au parlement bruxellois sur le projet de budget de la Région-capitale pour 2014.

Budget 2014 de la Région bruxelloise - Vanhengel oppose au critiques le chemin parcouru depuis le début de la crise

Le ministre a mis l'accent sur le mérite de ceux qui, comme lui, lors de son passage au fédéral, ont sollicité un juste refinancement de Bruxelles en rappelant son importance pour l'économie du pays. "Nous avions aussi dit qu'une fois le refinancement acquis, nous ferions en sorte que le budget et les comptes reviennent à l'équilibre. Il est prouvé que la Région bruxelloise avons obtenu les meilleurs résultats du pays sur la période", a-t-il ajouté, faisant référence à une analyse du Conseil Supérieur des Finances. Sans masquer "le sérieux problème" persistant du chômage, il s'est félicité de la récente sortie des FDF en faveur du multilinguisme, comme clé d'accès au marché de l'emploi. Il a également mis en exergue la méthode du gouvernement pour financer les futurs chantiers d'automatisation du métro et de son extension vers le nord et ensuite le sud. Face aux doutes dans les rangs PS, il enfin estimé que la prochaine exonération des droits de succession sur l'habitation familiale pour le conjoint survivant contribuerait à déjouer le phénomène de nomadisme successoral. Qualifiant le ministre de "renard", Didier Gosuin (FDF) a répliqué que le vrai problème du chômage à Bruxelles était d'abord celui de l'échec de l'enseignement. Olivier de Clippele (MR) a jugé que l'évolution budgétaire de la Région tenait d'abord aux taux d'intérêts particulièrement favorables par rapport au poids de la dette. Il s'est dit déçu des choix opérés par le gouvernement. "Vous avez appliqué une politique conservatrice et peu innovante en matière de justice fiscale, de mobilité, d'emploi et de logement", a quant à elle dit Sophie Brouhon (sp.a). (Belga)

Nos partenaires