Bruxelles - plan de développement - "le projet de Picqué compliquera un modèle institutionnel à simplifier"

08/02/13 à 17:35 - Mise à jour à 17:35

Source: Le Vif

(Belga) Le député-bourgmestre de Schaerbeek, Bernard Clerfayt, a affirmé vendredi, être "abasourdi" par la nouvelle complexité institutionnelle qu'engendrerait le nouveau Plan régional de Développement durable de Bruxelles présenté jeudi par le ministre-président Charles Picqué à son gouvernement.

Bruxelles - plan de développement - "le projet de Picqué compliquera un modèle institutionnel à simplifier"

Pour lui, ce projet manque de pragmatisme; "les citoyens veulent des résultats et non plus des couches de lasagne institutionnelle supplémentaires". A trois mois de son départ de l'exécutif régional, le père fondateur du premier Plan régional de développement, M. Picqué, a déposé sur la table des ministres bruxellois le projet de PRDD destiné à tracer les contours du développement de Bruxelles pour les prochaines décennies. Le redécoupage proposé suit quatre axes: six territoires qui pousseront les 19 communes à collaborer davantage entre elles; une communauté métropolitaine de 135 communes qui reliera la Région à son hinterland socio-économique; une centaine de quartiers définis dans la Région-capitale devront permettre d'accéder aux équipements et services urbains essentiels dans un rayon de maximum un kilomètre; enfin un stimulation de Bruxelles au rang de ville internationale et capitale de l'Europe. Pour M. Clerfayt, il y a lieu de se demander à quoi il sert de créer six territoires, sinon à rendre plus complexes les relations entre les communes, et quelles attributions donner aux 100 quartiers autosuffisants. "Pourquoi ne pas simplifier l'institution régionale en supprimant la Cocom, en réduisant le nombre de députés régionaux à 50, en simplifiant le nombres d'organismes para-régionaux chargés du développement économique, et ceux chargé de la politique régionale du logement?", s'est-il interrogé vendredi. Pour le chef de file FDF, la création de niveaux de pouvoir supplémentaires ne permettra pas de réduire le nombre de chômeurs et de minimexés, respectivement doublé et triplé au cours des vingt années passées par M. Picqué à la tête de la Région, et durant lesquelles on n'a pu éviter une crise sociale du logement sans précédent et une congestion automobile croissante. (BENOIT DOPPAGNE)

Nos partenaires