Bruxelles en débat - Enseignement et formation, enjeux-phares de la campagne électorale 2014 à Bruxelles

07/05/13 à 01:41 - Mise à jour à 01:41

Source: Le Vif

(Belga) La plupart des partis politiques de l'échiquier jugent que l'enseignement et la formation sont les principaux défis à relever dans la capitale au cours des toutes prochaines années, est-il ressorti du débat -le premier en vue de la campagne de 2014- entre ténors de dix partis francophones et néerlandophones au sujet de Bruxelles organisé lundi soir. Ce tour préliminaire organisé par les quotidiens Le Soir et De Standaard devant 450 personnes au Bozar a également permis de constater que les partis néerlandophones n'affichaient pas une vision partagée sur le dossier de la fusion ou non des communes.

Le débat mettait aux prises côté francophone, les trois Vice-premiers ministres qui se présenteront sur des listes à Bruxelles, à savoir Didier Reynders (MR), Laurette Onkelinx (PS) et Joëlle Milquet (cdH); le co-président d'Ecolo Olivier Deleuze et le chef de file bruxellois des FDF Didier Gosuin. Les protagonistes néerlandophones étaient les présidents du CD&V Wouter Beke et de Groen Wouter Van Besien, le député N-VA Ben Weyts, ainsi que le ministre flamand du sp.a Pascal Smet et le ministre bruxellois Guy Vanhengel (Open VLD). Côté francophone, le MR et le FDF, dans l'opposition à la fédération Wallonie Bruxelles et à Bruxelles ont été les plus virulents sur l'évolution de la qualité de l'enseignement et de la formation. Pour Didier Reynders, les dix ans de majorité olivier à la fédération Wallonie Bruxelles et dans les Régions sont caractérisés par un investissement insuffisant dans la formation des jeunes. Didier Gosuin a estimé, "comme Charles Picqué", que la grande déception portait sur le sous-investissement de la Communauté française dans l'enseignement et la formation. Laurette Onkelinx a quant à elle réitéré son plaidoyer pour offrir aux jeunes sortis de l'école soit un job, soit une formation, soit un apprentissage. Joëlle Milquet entend accorder la priorité aux 0-25 ans en vue de la prochaine législature. Les ministres flamands de l'Enseignement Pascal Smet (Communauté flamande) et Guy Vanhengel (Commission Communautaire flamande) ont eux aussi jugé l'enseignement prioritaire pour arriver à relever le défi social bruxellois. (Belga)

Nos partenaires