Brésil: 21 arrestations lors d'un coup de filet contre les milices de Rio

08/08/14 à 01:16 - Mise à jour à 01:16

Source: Le Vif

(Belga) Une vaste opération policière a démantelé jeudi un réseau de miliciens paramilitaires qui extorquaient, torturaient et tuaient des habitants pauvres de la zone ouest de Rio, a indiqué jeudi le Secrétariat d'Etat à la sécurité de la ville.

Brésil: 21 arrestations lors d'un coup de filet contre les milices de Rio

"21 personnes ont été arrêtées dans le cadre de cette opération dénommée +Tentacules+ à laquelle ont participé 350 policiers", a indiqué le secrétariat dans un communiqué. "Les milices existent depuis 20 ans et n'ont jamais été combattues avant. Beaucoup les soutenaient. Aujourd'hui c'est un travail difficile car il y a des tentacules, des ramifications", a déclaré le secrétaire à la sécurité José Mariano Beltrame, cité par le site G1 de Globo news. Au départ, ces milices - formées souvent d'anciens policiers ou de policiers - étaient en effet relativement bien vues des habitants des favelas et quartiers pauvres car elles expulsaient les trafiquants de drogue pour prendre leur place. Mais leurs méthodes sont tout aussi violentes que celles des trafiquants. Le communiqué du secrétariat précise qu'outre les 21 détenus, des armes à feu ont été saisies ainsi que des documents et des voitures de luxe. Cette opération a démantelé et "neutralisé la hiérarchie de la plus grande milice de Rio", s'est félicité le responsable du commissariat de répression au crime organisé (Draco), Alexandre Capote. Selon lui, le bénéfice de la bande qui extorquait les habitants des grands ensembles du programme de logements "Ma maison, ma vie" du gouvernement fédéral, "était de plus d'un million de reais par mois" (plus de 500.000 dollars). Les miliciens faisaient payer les habitants pour avoir l'internet clandestine et les extorquaient avec la vente de paniers de la ménagère et aussi de prêts d'argent. "Les habitants étaient torturés et même tués s'ils n'acceptaient pas les conditions des miliciens", a souligné le commissaire André Drummond, de la police civile, cité par G1. Selon la police le groupe agissait à Campo Grande (zone ouest de Rio). (Belga)

Nos partenaires