Blocage sur les règles de reconnaissance de l'ostéopathie

31/01/14 à 17:38 - Mise à jour à 17:38

Source: Le Vif

(Belga) Le ton est monté vendredi au comité ministériel restreint à propos des règles de reconnaissance de l'ostéopathie proposées par la ministre des Affaires sociales et de la Santé Laurette Onkelinx mais bloquées par le vice-premier ministre Open Vld Alexander De Croo.

Blocage sur les règles de reconnaissance de l'ostéopathie

Après une présentation des nouvelles règles en octobre dernier en Commission de la Chambre, celles-ci ont fait l'objet d'une série de réunions du comité restreint. "Malheureusement, ce dossier est bloqué, certains voulant obliger le patient à consulter un médecin avant d'aller chez l'ostéopathe", a commenté vendredi Laurette Onkelinx sur sa page facebook. "Je n'accepte pas que la sécurité des patients soit prise en otage! ", a-t-elle précisé. Dans son projet d'arrêté royal, la ministre des Affaires sociales et de la Santé propose de reconnaître l'ostéopathie neuro-musculo-squelettique, sans prescription médicale, et de façon exclusive (plus de kinésithérapeute ostéopathe) après une formation en deux temps dans l'enseignement supérieur. Mais Alexander De Croo (Open Vld) exige que le patient soit contraint de consulter un médecin avant sa visite chez l'ostéopathe. "En imposant de manière tout à fait arbitraire cette consultation préalable chez le médecin, malgré les nombreux avis et recommandations contraires des professionnels de la Commission Ostéopathie, et en contradiction avec la loi, on en vient à paralyser l'encadrement indispensable de cette pratique. C'est une injure aux ostéopathes qui exercent sérieusement leur profession. C'est la porte ouverte aux charlatans de toutes sortes qui peuvent se déclarer ostéopathes sans disposer de la formation nécessaire. C'est, tout simplement, mettre en danger les patients", a lâché Laurette Onkelinx. Celle-ci a rappelé que son projet prévoyait une forme de triangulation médecin-ostéopathe-patient. "Par souci d'égalité de traitement, nous avons proposé que, pour les prestations non remboursées, les kinés puissent également travailler directement avec les patients, tout en les conscientisant sur l'importance de disposer d'un diagnostic médical préalable". Si le blocage persistait, le PS en fera en tout cas une de ses priorités dans son programme pour les prochaines élections, a conclu Mme Onkelinx. (Belga)

Nos partenaires