Yves Leterme pour succéder à Vanackere?

05/03/13 à 15:56 - Mise à jour à 15:56

Source: Le Vif

Un an avant les élections, la succession de Steven Vanackere en tant que ministre des Finances est un cadeau empoisonné. C'est ce que déclare le rédacteur en chef du Morgen Yves Desmet. Les journaux De Morgen et De Standaard mentionnent le nom d'Yves Leterme.

Yves Leterme pour succéder à Vanackere?

© Belga

Nous avons interrogé un certain nombre de journalistes politiques flamands sur la succession de Steven Vanackere en tant que ministre des Finances. Voici leurs réponses :

YVES LETERME

Yves Desmet, rédacteur en chef du journal De Morgen.

"Yves Leterme serait incroyablement bon", déclare Yves Desmet, rédacteur en chef du Morgen. "En tant qu'ancien inspecteur des Finances, il dispose des compétences requises. Son passé n'est pas un problème. Rue de la Loi, tout le monde redevient vierge après un certain nombre d'années. Maintenant, je pense que Leterme préfère rester à l'abri encore pendant un an. La succession de Steven Vanackere est une fonction peu valorisante. Regardez ce qui est arrivé à Bart Somers lorsqu'il est devenu ministre-président flamand un an avant les élections. Il y a laissé beaucoup de plumes."

YVES LETERME

Bart Sturtewagen, rédacteur en chef politique du Standaard

Bart Sturtewagen, rédacteur en chef politique du Standaard pense également immédiatement à Leterme. "Si un membre de l'ACW aux Finances est exclu pour le CD&V, le retour de Leterme n'est pas pour aujourd'hui. Pourtant, personne ne connaît mieux Dexia/Belfius que lui". Son collègue Bart Brickman évoque également le nom de Leterme sur Twitter.

WOUTER BEKE

Ann Peuteman, rédactrice Knack

"Wouter Beke", répond la rédactrice de Knack Ann Peuteman "parce qu'il y a un besoin de stabilité, de continuité et de quelqu'un qui bénéficie d'expérience politique. Ce n'est pas le moment, juste avant le conclave de budget, d'expérimenter avec des personnes extérieures à la politique, quelle que soit leur connaissance des dossiers socio-économiques. Les noms qui circulent démontrent l'anémie du CD&V. Désigner quelqu'un du passé ou quelqu'un d'en dehors de la politique, fait état du mal-être du parti."

HENDRIK BOGAERT / CAROLINE VEN / PIETER DE CREM

Eric Donckier, rédacteur en chef politique du Belang van Limburg
"L'étape la plus logique est de désigner Hendrik Bogaert" déclare Eric Donckier, rédacteur en chef politique du Belang van Limburg. "Le CD&V doit engager une figure solide. Ils doivent reprendre très vite le fil pour le contrôle du budget qui commence la semaine prochaine. Bogaert s'est toujours occupé de finances publiques, suit les dossiers et a collaboré avec Steven Vanackere. C'est le choix le plus pragmatique. Le nom de Caroline Ven circule également mais elle aurait besoin de plus de temps pour se mettre au courant. Wouter Beke, le président actuel du CD&V, engagerait une trop grande valse de portefeuilles. Reste qui doit devenir vice-premier ministre pour le CD&V. Bogaert ne semble pas assez solide pour cette fonction. Pieter De Crem semble une option possible.

WOUTER DEVRIENDT

Walter Pauli, redacteur Knack

Le plus pratique serait de promouvoir Wouter Devriendt. Il garde son adresse e-mail, il a déjà un bureau au cabinet, il connaît tout le monde y compris Didier Reynders (et tout le monde le connaît, y compris Didier Reynders), il connaît le dossier Dexia de fond en comble, et il avait la confiance totale de son prédécesseur. On peut aussi imaginer Van Eetvelt, ou même Caroline Ven, comme il a été suggéré? Ils ont l'avantage d'être bien intégrés et "réseauté" dans le monde des entrepreneurs de sorte que les critiques à l'égard de leur politique, et qui sait sur le gouvernement Di Rupo dans sa totalité, seront peut-être plus modérées. Du moins dans une première étape. Ils sont indépendants de l'ACW et pour ceux qui craignent "une atteinte au mouvement ouvrier" : ils devront également fonctionner dans le cadre de l'accord du gouvernement.

Eddy Eerdekens / Simon Demeulemeester

En savoir plus sur:

Nos partenaires