Yuriko Koike, élue gouverneur de Tokyo, va quitter son poste d'administratrice de Renault

02/08/16 à 07:40 - Mise à jour à 07:40

Source: Belga

(Belga) Yuriko Koike, première femme à accéder au poste de gouverneur de Tokyo, va renoncer à son siège au conseil d'administration du groupe automobile français Renault, où elle avait été désignée en 2013 sur proposition de son allié et actionnaire japonais Nissan.

Yuriko Koike, élue gouverneur de Tokyo, va quitter son poste d'administratrice de Renault

Yuriko Koike, élue gouverneur de Tokyo, va quitter son poste d'administratrice de Renault © BELGA

"Mme Koike a fait part de son intention de démissionner de son poste d'administratrice de Renault", a déclaré à l'AFP un porte-parole de Renault pour la région Asie-Pacifique. "Sa démission se déroulera conformément aux pratiques établies en France". Depuis avril 2013, elle représentait Nissan en tant que membre extérieur aux côtés de Hiroto Saikawa, directeur délégué à la compétitivité et vice-président du constructeur nippon. Son mandat devait arriver à échéance en 2017, selon le site internet de la firme au losange qui avait à l'époque justifié sa nomination par "ses compétences reconnues concernant les questions internationales et environnementales". Yuriko Koike, politicienne expérimentée de 64 ans, a remporté haut la main le scrutin dimanche la propulsant à la tête de la métropole tokyoïte de 13,6 millions d'habitants, avec 44% des suffrages face à un nombre record de 20 autres candidats. Elue pour quatre ans, cette ancienne députée, ex-ministre de l'Environnement (2003-2006) puis très brièvement de la Défense en 2007, aura pour principale tâche de superviser la préparation des jeux Olympiques de 2020, plus de 50 ans après les précédents Jeux d'été de Tokyo en 1964. Mme Koike est membre du Parti Libéral-Démocrate (PLD, droite) au pouvoir, formation présidée par le Premier ministre Shinzo Abe, même si elle s'est présentée sans le soutien de cette formation. (Belga)

Nos partenaires