Yémen: l'ONU et l'Iran s'alarment de la reprise des combats et des raids

10/08/16 à 11:08 - Mise à jour à 11:08

Source: Belga

(Belga) L'ONU et l'Iran se sont alarmés mercredi de la reprise au Yémen des combats et des raids aériens de la coalition arabe sous commandement saoudien en guerre contre les rebelles chiites Houthis, soutenus par Téhéran.

Yémen: l'ONU et l'Iran s'alarment de la reprise des combats et des raids

Yémen: l'ONU et l'Iran s'alarment de la reprise des combats et des raids © BELGA

"Le secrétaire général de l'ONU est profondément inquiet des informations sur l'intensification ces derniers jours des combats entre différentes parties dans les provinces de Hajjah, Saada et Sanaa (nord)", a déclaré l'un de ses porte-parole Farhan Haq. "L'escalade dans les combats aggrave la situation humanitaire (...) et les souffrances du peuple yéménite", a-t-il ajouté. Indépendamment de combats au sol entre factions, la coalition arabe soutenant le pouvoir au Yémen a mené mardi ses premiers raids en trois mois sur la région de Sanaa sous contrôle rebelle, trois jours après l'échec apparent de pourparlers de paix parrainés par les Nations unies. Ces raids ont entraîné la fermeture de l'aéroport de la capitale Sanaa et ont touché une usine de produits alimentaires, faisant 14 morts. L'aviation de la coalition dirigée par l'Arabie saoudite a également visé des positions rebelles dans d'autres régions du pays. Le porte-parole de la coalition arabe, le général saoudien Ahmed al-Assiri, a justifié la reprise des raids par l'échec des négociations de paix et les violations "par les rebelles" d'une trêve relative de trois mois. L'Iran, qui ne cache pas son soutien aux rebelles chiites Houthis, a dénoncé, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, l'"inaction" de la communauté internationale face aux "atrocités que font subir les Saoudiens au peuple yéménite". Le porte-parole iranien a appelé l'ONU et les pays fournisseurs d'armes à l'Arabie saoudite à entreprendre des "efforts effectifs pour arrêter ces attaques (...) et prendre les mesures nécessaires pour protéger les civils". L'ONU a suspendu samedi dernier des pourparlers de paix entre rebelles et gouvernement yéménites après trois mois de discussions qui n'ont débouché sur aucun progrès tangible. Le gouvernement insiste sur un retrait des rebelles des grandes villes, dont Sanaa. Les Houthis et leurs alliés exigent de participer immédiatement à un gouvernement d'union nationale. La guerre au Yémen a fait plus de 6.400 morts et environ 30.000 blessés, sans parler des 2,8 millions de personnes déplacées. (Belga)

Nos partenaires