Yémen: fin d'un échange de prisonniers, la trêve vacille

17/12/15 à 08:06 - Mise à jour à 08:06

Source: Belga

(Belga) Rebelles et forces progouvernementales au Yémen ont achevé jeudi un échange de plus de 500 prisonniers, a indiqué un responsable local, au troisième jour d'une trêve extrêmement fragile et de pourparlers à l'issue incertaine sous l'égide de l'ONU.

Yémen: fin d'un échange de prisonniers, la trêve vacille

Yémen: fin d'un échange de prisonniers, la trêve vacille © BELGA

"Nous avons mené à bien le processus d'échange de prisonniers", a déclaré à l'AFP Mokhtar al-Rabbash, membre de la commission chargée des prisonniers proche du gouvernement reconnu par la communauté internationale. L'échange, qui avait commencé mercredi soir mais qui avait été ralenti en raison de l'insécurité sur une route, a concerné 370 rebelles chiites Houthis et 285 combattants progouvernementaux, a-t-il précisé. Il a eu lieu dans le district de Yafaa de la province de Lahej (sud), à la frontière avec celle de Baïda, ont indiqué des témoins. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a affirmé ne pas avoir été impliqué dans cet échange intervenu alors que des discussions interyéménites, organisées par l'ONU, se poursuivent dans le plus grand secret en Suisse. Sur le terrain, le cessez-le-feu entré en vigueur mardi, à l'ouverture des pourparlers, peine à se maintenir. Des violations ont été rapportées dans plusieurs régions et la coalition sous commandement saoudien qui soutient le gouvernement yéménite a affirmé avoir "riposté à ces violations" attribuées aux rebelles chiites Houthis, qu'elle accuse d'être liés à l'Iran. Dans la nuit, de violents combats ont éclaté dans la province de Marib (centre), à l'est de la capitale Sanaa contrôlée par les rebelles, ont indiqué des témoins. Ils opposent des rebelles aux combattants de la "Résistance populaire" qui compte dans ses rangs des partisans du président Abd Rabbo Mansour Hadi. Selon des habitants, les Houthis et leurs alliés, des unités militaires restées fidèles à l'ancien chef de l'Etat Ali Abdallah Saleh, ont également pilonné des zones contrôlées par les forces pro-Hadi à Taëz (sud-ouest), troisième ville du Yémen. Les rebelles ont pour leur part accusé leurs adversaires yéménites mais aussi la coalition arabe dirigée par Ryad d'avoir violé le cessez-le-feu. (Belga)

Nos partenaires