Yémen: début d'une trêve de 48 heures annoncée par la coalition arabe

19/11/16 à 11:29 - Mise à jour à 11:33

Source: Belga

(Belga) Une trêve de 48 heures a débuté samedi au Yémen à l'initiative de la coalition militaire arabe sous commandement saoudien qui intervient dans ce pays depuis 2015 pour soutenir des autorités gouvernementales contre des rebelles.

Yémen: début d'une trêve de 48 heures annoncée par la coalition arabe

Yémen: début d'une trêve de 48 heures annoncée par la coalition arabe © BELGA

Ces rebelles chiites Houthis, qui contrôlent de larges pans du territoire yéménite dont la capitale Sanaa, ont indiqué qu'ils entendaient respecter ce cessez-le-feu, annoncé samedi matin quelques heures avant son entrée en vigueur à 9H00 GMT (10H00 HB). Elle a été décrétée alors qu'un cessez-le-feu qui devait débuter jeudi à l'initiative du secrétaire d'Etat américain John Kerry avait été rejeté par les autorités yéménites. Mais "des pressions internationales ont été exercées pour une trêve et une reprise des négociations de paix", a déclaré à l'AFP une source proche du président du président yéménite Abd Rabbo Mansour Hadi, soutenu par la coalition et actuellement en exil en Arabie saoudite. Le cessez-le-feu sera renouvelé si les rebelles le respectent et laissent passer de l'aide humanitaire dans les villes qu'ils assiègent, comme Taëz (sud-ouest), a précisé la coalition dans un communiqué publié par l'agence officielle saoudienne Spa. Cité par le site rebelle sabanews.net, le porte-parole militaire des rebelles, le général Charaf Loqman, a indiqué qu'ils respecteraient la trêve, à condition que "l'autre partie la respecte". Le Yémen est ravagé depuis près de 20 mois par des combats entre les forces progouvernementales soutenues par la coalition arabe et les rebelles Houthis, alliés à des partisans de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh. Ce conflit a fait plus de 7.000 morts et près de 37.000 blessés, selon l'ONU. Les combats se sont intensifiés ces deux derniers jours sur différents fronts, faisant des dizaines de morts. (Belga)

Nos partenaires