Wouter Beke : "pas de nouvelle réforme de l'Etat en 2014"

27/01/13 à 09:52 - Mise à jour à 09:52

Source: Le Vif

Le président du CD&V, Wouter Beke, a repris samedi à son compte le slogan du premier chef du gouvernement flamand, feu Gaston Geens, en affirmant: "ce que nous faisons nous-mêmes doit être encore mieux, ce que nous faisons ensemble doit être fait autrement", lors de la réception de Nouvel An de son parti, placée sous le signe de la scission de l'arrondissement de Bruxelles-Hal-Vilvorde, réalisée dans le cadre de la sixième réforme de l'Etat.

Wouter Beke : "pas de nouvelle réforme de l'Etat en 2014"

© Image Globe

Ce n'est pas avec un poing, mais avec une main ouverte que nous avons à nouveau repris le contrôle de la situation, a en substance ajouté le président des sociaux-chértiens flamands, à Haasrode, dans la banlieue de Louvain, alors que le Brabant flamand est devenu un arrondissement électoral à part entière.

M. Beke a souligné qu'avec des mesures à hauteur de 18 milliards d'euros, le budget avait retrouvé la trajectoire souhaitée par l'Union européenne, alors que le nombre de voix accordées à des listes francophones lors des élections communales du 14 octobre dernier dans la périphérie bruxelloise avait reculé de 10% par rapport au précédent scrutin, en 2006. L'afflux de demandeurs d'asile a cessé et en dépit des difficultés financières, 10.000 places supplémentaires ont été créées en Flandre pour l'accueil des jeunes enfants, a-t-il ajouté.

"2014 ne sera pas l'année durant laquelle nous allons demander un nouveau tour dans la réforme de l'Etat, mais l'année au cours de laquelle nous allons utiliser les nouveaux moyens et les nouvelles compétences pour une politique encore meilleure en Flandre", a poursuivi M. Beke.

Le CD&V souhaite, avec le transfert aux entités fédérées des allocations familiales, renforcer les familles. Avec les nouvelles compétences socio-économiques, M. Beke espère donner de meilleures opportunités aux entrepreneurs et davantage de chances aux personnes qui ont perdu ou risquent de perdre leur emploi.

En savoir plus sur:

Nos partenaires