Wouter Beke ne veut pas privatiser les convictions religieuses

03/03/16 à 10:14 - Mise à jour à 10:14

Source: Belga

(Belga) Le président du CD&V Wouter Beke ne veut pas que le débat sur la laïcité mène à une fonction publique neutre qui bannisse entièrement les religions de l'espace public. "Nous n'avons pas besoin d'une fonction publique neutre, mais d'une fonction publique qui encourage l'implication et qui soit impartiale", écrit-il dans son nouvel essai "Het Nieuwe WIJ" (Le nouveau NOUS).

Wouter Beke ne veut pas privatiser les convictions religieuses

Wouter Beke ne veut pas privatiser les convictions religieuses © BELGA

Le parlement fédéral va lancer un débat sur la laïcité de l'Etat, à l'initiative du chef de groupe Open Vld Patrick Dewael. Après les attentats de Paris, Patrick Dewael avait appelé à examiner si une série de principes repris dans la Constitution, comme la séparation de l'Eglise et de l'Etat, pouvaient être approfondis. Le président du CD&V voit derrière cette question un autre agenda. "Les gros problèmes avec les jeunes radicalisés et les mosquées salafistes sont utilisés pour déployer un autre agenda idéologique", écrit Wouter Beke. "Quel problème veut-on en fait résoudre? La réponse est claire: bannissez les religions et vous avez aussi banni l'islam! C'est la pensée sous-jacente. Le paradoxe est qu'on saisit l'occasion des attentats de Paris pour mettre en place une laïcité sur base du modèle français, le pays où les attentats se sont produits", poursuit M. Beke. "Nous n'avons pas besoin d'une fonction publique neutre, mais bien d'une fonction publique qui encourage l'implication et est impartiale", écrit encore le président du CD&V. "Pas d'un Etat neutre qui veut privatiser les convictions religieuses. Pas d'une politique qui dit que la spiritualité et les croyances sont une affaire privée qui doit rester à l'intérieur des maisons. Les mosquées salafistes sont un problème. Mais la plupart des jeunes radicalisés ne l'ont pas été à la mosquée. Ils l'ont été par des salafistes qui sont parvenus à rassembler des jeunes autour d'eux à la maison et leur ont lavé le cerveau." (Belga)

Nos partenaires