Etienne Dujardin
Etienne Dujardin
Juriste et Chroniqueur
Opinion

03/01/17 à 10:12 - Mise à jour à 10:12

Witsel choisit de gagner trois fois plus. Est-ce que cela mérite une polémique ?

Franchement, la polémique déclenchée par la décision d'Axel Witsel de partir en Chine plutôt qu'à la Juventus est un peu ridicule. Le diable rouge de 28 ans est un grand garçon, il dispose comme tout le monde de sa liberté et est seul juge des choix qu'il décide de faire sur le plan professionnel.

Witsel choisit de gagner trois fois plus. Est-ce que cela mérite une polémique ?

© Belga

Bien sûr, plus on aime le joueur et le football, plus on peut être déçu du fait qu'il opte pour un championnat aussi peu prestigieux que celui de nos amis chinois. Tous les amateurs de football qui se respectent comprennent que, du point de vue sportif, c'eût été mieux pour le Diable Rouge d'évoluer dans l'un des meilleurs clubs du championnat italien. Il est vrai qu'il est aussi préférable pour notre équipe nationale de compter sur des joueurs qui jouent au sein des meilleures équipes du monde. Toutes ces raisons valables justifient-elles cependant la déferlante qui a suivi le choix du footballeur ?

Certains commentateurs en veulent surtout au joueur qui a déclaré "ne pouvoir refuser l'offre pour le futur de sa famille". Que cela soit clair : le futur de la famille Witsel est déjà assuré aujourd'hui, peu importe le choix du futur club, et les membres de sa famille ne doivent pas se tracasser pour leurs fins de mois. Que personne ne s'y trompe... à salaire égal, n'importe quel joueur aurait préféré jouer en Italie, mais entre 18 millions et 54 millions sur trois ans, je peux comprendre que la question se pose et qu'il puisse avoir envie de ne pas passer à côté de ces 36 millions d'euros supplémentaires, soit de quoi protéger les siens pour dix générations et leur permettre tous les rêves.

Le choix qu'a fait le joueur n'est-il pas celui que beaucoup doivent faire dans leurs carrières, chacun à son degré ? Il n'est pas rare de devoir choisir entre une fonction mieux payée, mais un rien moins enthousiasmante. Est-ce un manque d'éthique de choisir la fonction la mieux rémunérée, si elle est digne et honnête ? Critiquerait-on un journaliste qui partirait de TF1 pour BFM TV avec une augmentation de salaire de 300 % ? Il serait tout à fait justifié de rester à TF1 et de choisir la qualité du média et sa puissance de frappe, tout comme il serait parfaitement pensable de céder aux sirènes d'une chaîne qui souhaite se développer, mais qui ne joue pas dans la même cour.

Partager

Polémique autour de Witsel : Est-ce un manque d'éthique de choisir la fonction la mieux rémunérée, si elle est digne et honnête ?

Lire certains commentateurs écrire qu'il insulte des millions de gens ou que c'est contraire à l'éthique, c'est totalement disproportionné. Faire passer Witsel du statut de Diable Rouge apprécié à diable tout court, en seulement quelques heures pour un simple choix de club, c'est un écart un peu trop grand pour rester crédible. L'ex-standarman ne volera personne et a droit comme tout le monde à choisir en conscience les clubs pour lesquels il joue.

Maintenant, le vrai débat que pose ce transfert est l'énorme paquet d'argent qui circule dans le football. Est-il normal qu'un joueur de football gagne énormément plus que des dirigeants de sociétés qui font vivre des dizaines de milliers de salariés ? Est-il normal que la FIFA impose sa loi aux États lors de l'organisation du Mondial ? Peut-on accepter que des enfants fabriquent les maillots pour des salaires de misère alors qu'ils vont rapporter des centaines de millions d'euros aux clubs et joueurs concernés ? Voilà les vrais sujets qu'il serait intéressant de mettre sur la table. Le métier d'Axel Witsel est de briller sur le terrain, de réaliser des passes ou des frappes bien calibrées, de faire rêver les jeunes et moins jeunes, pas de faire des annonces médiatiques. Il devra s'entourer des meilleurs pour bien gérer son patrimoine et sa communication, mais lui taper dessus sans retenue pour une phrase un rien maladroite, ce n'est pas très fair-play.

Nos partenaires