Willy Demeyer demande à la Région d'assouplir les normes de dépollution des sols

04/03/15 à 15:33 - Mise à jour à 15:32

Source: Belga

En marge de la présentation des résultats 2014 du Port autonome de Liège (PAL), son président et bourgmestre de Liège, Willy Demeyer, a plaidé pour un assouplissement des règles wallonnes en matière de dépollution des sols. Il souhaite également qu'une filière consacrée à la dépollution soit créée en Wallonie.

Willy Demeyer demande à la Région d'assouplir les normes de dépollution des sols

Willy Demeyer © Belga

Selon le PAL, il y aurait pas moins de 800 hectares situés en bords de Meuse et du canal Albert qui pourraient être exploités pour des activités portuaires. Une bonne partie de ces terrains étaient occupés par la sidérurgie.

Certains d'entre eux commencent à trouver d'autres occupants. Ainsi, trois nouvelles sociétés se sont installées sur l'île Monsin, sur l'ancien site d'Oxybel (filiale d'ArcelorMittal qui avait fermé en 2013). Il s'agit d'Envisan (prétraitement des déchets minéraux), Interdécoupe (vente d'acier) et TRH (fabrication de produits en acier), qui a délocalisé ses activités d'Espagne pour s'installer à Liège.

Les entreprises déjà présentes seraient demandeuses de nouveaux terrains pour développer leurs activités. Mais selon Willy Demeyer, la reconversion de ces espaces est rendue difficile par des normes wallonnes trop strictes en matière de dépollution.

"Il faut bien sûr respecter la santé des habitants et des travailleurs. Mais je pense que la Région wallonne devrait revoir ses normes pour accélérer la dépollution", estime le bourgmestre de Liège, qui juge que le décret "sols" devrait être revu. "Il y a une opportunité terrible avec ces terrains industriels, les activités portuaires pourraient prendre la place d'ArcelorMittal. Encore faut-il que nous ne soyons pas handicapés".

Le président du PAL considère également que la Wallonie devrait créer une filière de dépollution. "Pour le moment, la Région impose des normes très strictes, mais elle n'a aucune entreprise sur son territoire capable de mener les travaux. L'argent part en Flandre, en Hollande ou en Allemagne", regrette-t-il.

En savoir plus sur:

Nos partenaires