Westland New Post, cette nébuleuse milice d'extrême droite

28/05/18 à 16:13 - Mise à jour à 16:32

Source: Het Nieuwsblad

Il y a 25 ans, on avait déjà lié le nom de l'ancien Premier ministre Paul Vanden Boeynants à l'organisation d'extrême droite Westland New Post. Une organisation qui revient régulièrement hanter l'enquête autour des tueurs du Brabant. Retour sur ce groupe aujourd'hui disparu et pour le moins nébuleux.

À 63 ans, Michel Libert n'est pas un inconnu dans le dossier des Tueurs du Brabant. Il y apparaît sporadiquement depuis les années 1980. Depuis qu'un lien a été établi avec le Westland New Post (WNP), une milice d'extrême droite dont il aurait été le numéro deux et qui va conduire à son arrestation en 1983 et 2014. Ces dernières semaines, il est revenu sur le devant de la scène puisqu'un nouveau témoin a pointé l'homme comme étant "le géant" de la bande. Un ex-membre du WNP, resté anonyme, déclare qu'il partait en mission d'exploration dans de grandes surfaces au début des années 1980. Michel Libert, comme Bonkoffsky, avait, à l'époque des faits, un air de ressemblance avec le portrait numéro 19. L'intéressé nie cependant les accusations. "Nous étions prêts à tuer, mais seulement dans des situations de guerre, contre l'ennemi. Pas pour terroriser la population ", dit-il. Son argument était qu'il pensait que ces missions étaient mandatées par la sécurité de l'état. Libert s'était déjà exprimé dans les médias à ce sujet. Dans les années 80, il affirmait ainsi que son organisation travaillait pour les services secrets et des personnes haut placées.
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires