Washington offre des récompenses pour traquer deux dirigeants du Hezbollah

11/10/17 à 00:32 - Mise à jour à 00:34

Source: Belga

(Belga) Les Etats-Unis ont promis mardi des récompenses pouvant atteindre sept millions de dollars en échange d'informations utiles à la traque de deux dirigeants du groupe chiite libanais Hezbollah, considéré depuis vingt ans comme une "organisation terroriste" par Washington.

Le département d'Etat américain souhaite ainsi obtenir des informations qui puissent mener "à la localisation, l'arrestation ou la condamnation dans tout pays" de Talal Hamiyah et de Fouad Chokr, ont annoncé des responsables à Washington. Il est prêt à offrir jusqu'à sept millions pour le premier et jusqu'à cinq millions pour le second. Selon le département d'Etat, Talal Hamiyah "dirige la branche terroriste internationale du Hezbollah" et a été "lié à plusieurs attentats terroristes" ou "enlèvements visant des Américains". Fouad Chokr est lui "un haut commandant militaire des forces du groupe au Sud-Liban" qui a joué "un rôle-clé dans les récentes opérations militaires du Hezbollah en Syrie" mais aussi, il y a plus longtemps, dans l'attaque qui a fait plus de 200 morts en 1983 parmi les Marines américains à Beyrouth. Vingt ans après avoir été placé sur la liste noire de Washington, "le Hezbollah demeure l'une des organisations terroristes les plus dangereuses au monde", a estimé le coordinateur du contreterrorisme au département d'Etat, Nathan Sales. Les récompenses annoncées sont "une nouvelle étape pour accroître la pression sur eux et sur leur organisation", a-t-il dit devant la presse. Il a appelé les alliés des Etats-Unis à désigner également le Hezbollah comme "organisation terroriste" et à ne pas faire de "fausse distinction" entre branche politique et branche militaire. "Le Hezbollah est une organisation terroriste de A à Z", a-t-il insisté. L'Union européenne n'a classé que la branche militaire du groupe islamiste sur sa liste des "organisations terroristes". La branche politique participe au gouvernement libanais. Alors que l'administration de Donald Trump s'apprête à dévoiler cette semaine sa position sur l'accord sur le nucléaire iranien, Nathan Sales a aussi affirmé que le Hezbollah avait pu devenir une "menace globale" uniquement grâce au "soutien" de Téhéran. Les Etats-Unis accusent l'Iran de violer "l'esprit" de l'accord de 2015 en raison de son rôle "déstabilisateur" au Moyen-Orient et de son "soutien au terrorisme". (Belga)

Nos partenaires

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisateur. En continuant à surfer, vous acceptez notre politique de cookies. Plus d'infos