Wallonie : le nombre de personnes âgées maltraitées a doublé

03/08/10 à 11:27 - Mise à jour à 11:27

Source: Le Vif

Plus de la moitié (54%) des violences enregistrées par le service "Respect Seniors" en Wallonie sont d'ordre psychologiques et financières, indique mardi La Dernière Heure, citant le directeur de l'organisme, Dominique Langhendries. Respect Seniors reçoit en moyenne huit appels par jour sur sa ligne verte (0800/30.330).

Wallonie : le nombre de personnes âgées maltraitées a doublé

© Thinkstock

Le nombre d'appels est passé de 840 au premier semestre 2009 à 1.467 un an plus tard, sur la même période. L'année passée, pas moins de 729 dossiers ont été ouverts. Cette année, on en dénombre déjà 560. Les chiffres de 2009 devraient donc être doublés cette année.

Les effectifs de Respect Seniors sont, eux, passés de 8 à 16 équivalents temps plein au cours de l'année 2009. Septante pour cent des victimes de maltraitances sont des femmes. La majorité des victimes sont âgées entre 70 et 90 ans et les violences physiques représentent 9,6% des dossiers ouverts.

Un octogénaire séquestré en France Par ailleurs, un octogénaire a été séquestré pendant un an dans une pièce minuscule de sa maison, dans le centre-ouest de la France. Son épouse, âgée de 45 ans, qui le battait a été placée en détention provisoire.

Au cours d'une rencontre avec des journalistes au centre hospitalier de Châteaudun, l'octogénaire a expliqué "avoir peur" de sa femme soupçonnée d'être l'auteur principale de la séquestration. S'exprimant facilement, bien que visiblement affaibli, l'homme a confirmé que sa femme l'avait frappé pendant sa séquestration. "Elle me battait pour me punir. Elle me prenait pour un domestique", a-t-il témoigné.

Pendant un an, cet homme a vécu un calvaire, enfermé dans une minuscule buanderie, séquestré par une partie de sa famille qui le violentait et le sous-alimentait. Malvoyant depuis plusieurs années, il a désormais complètement perdu la vue du fait de ses conditions de vie déplorables.

D'importantes sommes d'argent lui appartenant auraient par ailleurs été détournées. Interpellée mercredi, son épouse a été placée en détention provisoire vendredi à la maison d'arrêt de Versailles, près de Paris.

Egalement arrêtés, l'amant présumé de cette femme et un de ses fils ont été libérés sous contrôle judiciaire. Ils sont poursuivis pour complicité de séquestration criminelle et non dénonciation de mauvais traitements sur personne vulnérable.

Le Vif.be, avec Belga

En savoir plus sur:

Nos partenaires