Vol d'EgyptAir détourné - L'Egyptien ayant détourné un avion, un homme violent selon son ex-épouse

31/03/16 à 15:34 - Mise à jour à 15:34

Source: Belga

(Belga) L'ex-épouse chypriote de l'Egyptien accusé d'avoir détourné un avion de ligne pour la revoir a affirmé que leur mariage avait été un enfer et qu'il n'avait montré aucun intérêt pour elle et ses enfants depuis leur séparation.

Vol d'EgyptAir détourné - L'Egyptien ayant détourné un avion, un homme violent selon son ex-épouse

Vol d'EgyptAir détourné - L'Egyptien ayant détourné un avion, un homme violent selon son ex-épouse © BELGA

Marina Paraschou a déclaré jeudi au journal Phileleftheros avoir rencontré Seif al-Din Mohamed Mostafa à Chypre lorsqu'elle avait 18 ans et lui 26. Leurs cinq ans de mariage restent une "période noire" dans sa vie, a-t-elle ajouté. "La plupart des médias ont peint le tableau d'une romance dans laquelle un homme essayait de tendre la main à son ex-femme", a déclaré Mme Paraschou. "Mais il n'y a rien de plus éloigné de la vérité et ils auraient une opinion différente s'ils savaient ce qu'il en était vraiment", a-t-elle assuré. Mme Paraschou a indiqué que son ex-mari avait été violent envers elle et leurs trois enfants, avait refusé de travailler et consommait de la drogue. Mardi, la Chypriote a été emmenée à l'aéroport de Larnaca par la police au cours des six heures de négociations qui ont abouti à l'arrestation de son ex-mari. Mais elle a expliqué que sa présence n'était destinée qu'à confirmer l'identité du preneur d'otages, et non à répondre à la demande qu'il avait faite dans une note écrite transmise aux autorités depuis l'avion. "Ils m'ont emmenée pour confirmer qu'il s'agissait bien de sa voix. Dire qu'ils m'y ont emmenée pour parler à Seif parce qu'il l'avait demandé dans sa lettre est un mensonge", a-t-elle insisté. Seif al-Din Mohamed Mostafa, 58 ans, est accusé d'avoir porté une ceinture d'explosifs factice et d'avoir menacé de l'activer pour forcer le pilote du vol d'EgyptAir entre Alexandrie et Le Caire à se poser à Chypre, où il a été placé en détention provisoire pour huit jours. L'homme, décrit comme "psychologiquement instable", est susceptible d'être inculpé pour détournement, enlèvement, comportement menaçant et d'autres actes qui violent la loi antiterroriste. (Belga)

Nos partenaires