Vives réactions en Israël après le vote d'une loi sur la Shoah en Pologne

01/02/18 à 10:50 - Mise à jour à 10:53

Source: Belga

(Belga) Des responsables politiques israéliens, toutes tendances confondues, ont dénoncé jeudi en termes vifs le vote par le Sénat polonais d'une loi controversée sur la Shoah, plusieurs ministres réclamant une réponse gouvernementale.

Le ministre des Transports, Israel Katz, membre du Likoud, le parti de droite de Benjamin Netanyahu, a réclamé que le Premier ministre rappelle l'ambassadeur israélien en Pologne pour consultations. Le Sénat polonais a approuvé dans la nuit un texte qui punit par des amendes ou jusqu'à trois ans d'emprisonnement ceux qui attribuent "à la nation ou à l'Etat polonais" des crimes commis par les nazis allemands en Pologne occupée. La loi doit encore être signée par le président polonais Andrzej Duda pour entrer en vigueur. Les responsables israéliens s'émeuvent surtout d'un passage où ils voient une tentative de nier la participation de certains Polonais à l'extermination des juifs, voire la possibilité de poursuivre des survivants de la Shoah qui évoqueraient de tels cas. "L'adoption de cette loi par le gouvernement polonais est grave et constitue une renonciation (de la part du gouvernement) à ses responsabilités et une négation du rôle de la Pologne dans l'Holocauste", a déclaré Israel Katz, un ministre de poids, dans un communiqué de ses services. Les services du Premier ministre n'avaient pas réagi en fin de matinée. Le ministre du Logement Yoav Galant, du parti de centre-droit Koulanou, a estimé sur Twitter que la loi constituait une "négation de l'Holocauste" et que l'initiative polonaise prouvait qu'il fallait "que nous nous défendions par nous-mêmes". "Aucune loi polonaise ne peut changer l'histoire. Nous n'oublierons jamais", a écrit sur Facebook le centriste Yair Lapid (opposition), présenté comme un des principaux rivaux de M. Netanyahu en cas d'élections et l'un des tout premiers à avoir dénoncé le projet polonais. Une proposition de loi a été présentée mercredi à la Knesset (Parlement israélien) et a obtenu l'appui de principe de 61 députés israéliens sur 120. Ce texte, présenté par un de ses promoteurs, le député Itzik Shmuli de l'opposition de gauche, comme une réaction à la loi polonaise, introduit une peine de cinq ans de prison pour ceux qui "réduisent ou nient le rôle de ceux qui ont aidé les nazis dans les crimes commis contre les Juifs". "L'Histoire jugera la Pologne deux fois: pour sa part dans le crime, et pour sa tentative de nier ce rôle", a écrit sur Twitter Itzik Shmuli après le vote polonais. (Belga)

Nos partenaires