Visites domiciliaires - La commune d'Ixelles adopte une motion contre le projet de loi, abstention du MR

05/02/18 à 21:34 - Mise à jour à 21:36

Source: Belga

(Belga) Le conseil communal d'Ixelles, qui s'était réuni lundi pour une séance spéciale, a approuvé une motion contre le projet de loi sur les visites domiciliaires. Celle-ci a été adoptée à 22 voix pour et 13 abstentions dans les rangs du MR. Avant la réunion, une cinquantaine de personnes s'étaient rassemblées dès 17Hh0 devant la maison communale.

Ces Ixellois arboraient divers messages sur des feuilles de papiers, tels que "Refugees welcome" ou "Non aux rafles domiciliaires". "On a peur pour les personnes qu'on hébergera et on a peur pour les enfants des hébergeurs, de l'état dans lequel ils pourraient être si la police débarque chez eux et fouille complètement leurs maisons", a expliqué une membre du groupe ixellois de la plate-forme d'hébergement citoyenne. "Une voix citoyenne s'élève et elle dit ne pas être d'accord avec ce type de politique", a commenté Audrey Lhoest, cheffe du groupe Ecolo à Ixelles. "Ces citoyens veulent des politiques humaines, dignes et qui respectent les personnes". La motion d'initiative Ecolo votée à Liège lundi dernier a servie de base à la motion, qui a été amendée et co-signée par les partis Ecolo, PS, cdH et DéFI. Son vote a été reporté lors du dernier conseil communal à la séance spéciale du jour. "Sur cette question des visites domiciliaires, cet euphémisme a quelque chose d'hypocrite", a estimé lors des débats Anne-Rosine Delbart, présidente de DéFI Ixelles. "Ce ne sont pas des perquisitions qui ont pour but de trouver des choses, et non des gens, mais hélas des rafles". Le MR a proposé peu avant la tenue de la séance des amendements radicalement opposés à l'esprit du texte, selon les partis signataires de la motion. Ces derniers ont été majoritairement rejetés (22 voix contre et 14 pour). "Vous manifestez par votre contre-motion l'expression d'une solidarité avec la politique du gouvernement fédéral", a déclaré Willy Decourty, conseiller communal PS. "C'est votre droit, mais vous ratez l'occasion de dépasser le cadre strict des partis politiques et vous ratez l'occasion de défendre un mouvement qui n'a pour seule motivation que de défendre des valeurs qui sont chères aux démocrates : la justice, l'hospitalité et la solidarité. Sans ces valeurs, une démocratie ne fonctionne pas". Julie de Groote, cheffe de groupe cdH à Ixelles, a ajouté avoir "soumis une motion qui sera discutée lors du conseil communal du 22 février prochain pour qu'Ixelles soit une commune hospitalière. "Une chose est d'être contre les visites domiciliaires - et nous le sommes - mais une autre chose est de réaliser des actes concrets et positifs." (Belga)

Nos partenaires