Visite d'Erdogan: "altercation musclée" entre les services de sécurité belges et turcs

06/10/15 à 19:00 - Mise à jour à 19:14

Source: Belga

Les services de sécurité belges et turcs en sont venus aux mains à deux reprises depuis l'arrivée sur le sol belge du président Recep Tayyip Erdogan dimanche, rapporte la RTBF. L'information a été confirmée de source gouvernementale belge.

Visite d'Erdogan: "altercation musclée" entre les services de sécurité belges et turcs

Erdogan à l'inauguration d'Europalia. © BELGA

La police de Bruxelles s'est frottée au service de sécurité de la présidence turque dimanche lors d'un rassemblement place Stéphanie en soutien à M. Erdogan qui rejoignait son hôtel. La RTBF évoque une "altercation musclée" entre les différentes forces en présence.

Lundi, lors de la vérification des lieux où devait se rendre M. Erdogan à Val Duchesse, à l'invitation de l'Institut Egmont, une "seconde altercation plus violente" s'est déroulée entre services de sécurité belges et turcs, chacun s'estimant habilité à agir. "La protection d'Erdogan a tenté de dépasser les limites de son champ d'action", selon une source belge, et il y a eu quelques bousculades. Au final, on ne déplore toutefois aucun blessé sérieux.

Inauguration d'Europalia Turquie: 4 manifestants anti-Erdogan arrêtés

Par ailleurs, ce mardi, peu après 17 heures, quatre manifestants ont été arrêtés administrativement, lors de l'inauguration d'Europalia Turquie au Bozar, à Bruxelles, a indiqué mardi soir une porte-parole de la police de Bruxelles-Ixelles.

L'inauguration d'Europalia Turquie avait lieu en présence de la famille royale, qui avait officiellement invité le président turc Recep Tayyip Erdogan en visite à Bruxelles. Les manifestants protestaient contre cette invitation, considérant que le président réprime violemment les opposants progressifs pro-kurdes dans le pays depuis que son parti AKP a perdu la majorité au parlement aux dernières élections législatives de juin. Ils dénoncent également la répression des mouvements de gauche et le soutien aux filières terroristes en Syrie.

En savoir plus sur:

Nos partenaires