Violences envers les Rohingyas - Session spéciale du Conseil des droits de l'homme de l'ONU le 5 décembre

28/11/17 à 17:12 - Mise à jour à 17:13

Source: Belga

(Belga) Le Conseil des droits de l'homme de l'ONU tiendra le 5 décembre une "session spéciale" consacrée à la situation des Rohingyas dans l'Etat Rakhine en Birmanie, à la suite d'une demande du Bangladesh et de l'Arabie saoudite, a annoncé mardi l'ONU.

Le Conseil des droits de l'Homme - composé de 47 Etats membres - se réunit rarement en session extraordinaire. Vingt-six sessions spéciales ont été organisées depuis sa création, en 2006. Une réunion spéciale peut être convoquée à la demande d'au moins un tiers des Etats membres, soit 16 Etats. La demande de session spéciale relative à la "situation des droits de l'homme (des) musulmans rohingyas et d'autres minorités dans l'Etat de Rakhine en Birmanie" a été déposée mardi par le Bangladesh et l'Arabie saoudite, avec le soutien de 73 autres pays, a expliqué le porte-parole du Conseil, Rolando Gomez, dans un message. Sur ces 73 Etats, 33 sont membres du Conseil des droits de l'homme, comme la Belgique, l'Allemagne, le Japon, la Tunisie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Le 20 novembre, 35 organisations non gouvernementales, dont Amnesty International et la Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH), avaient appelé la communauté internationale à organiser une réunion d'urgence du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU sur la crise des Rohingyas en Birmanie. Selon les derniers chiffres de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), publiés mardi, quelque 836.000 musulmans rohingyas de Birmanie s'entassent dans des conditions insalubres dans des camps de tentes dans le sud du Bangladesh, où quelque 624.000 d'entre eux sont arrivés depuis fin août pour fuir ce que l'ONU considère comme un "cas classique d'épuration ethnique". (Belga)

Nos partenaires