Vidé de ses magasins, le centre de Mons entame une ultime opération de survie

13/07/17 à 13:40 - Mise à jour à 13:40
Du Le Vif/L'Express du 14/07/17

Le premier échevin, Nicolas Martin, présente sa stratégie ce 18 juillet, pour récupérer (un peu) de pouvoir à côté des capitaines du privé. Voici les axes d'une méthode qui divise.

Au coeur du piétonnier, il n'y a pas eu de miracle post-Mons 2015. Un an et demi après la parenthèse de la capitale européenne de la culture, la rue de la Chaussée et la Grand-Rue forment un couloir sans âme. Les pavés cherchent les piétons, les quelques commerçants cherchent des clients et les passants n'y cherchent plus rien. Le vide locatif atteint 26 % des surfaces. En moins de vingt ans, les deux rues, pourtant à quelques pas de la Grand-Place, ont perdu 60 000 chalands par semaine, soit 50 % du flux. Le déclin est tout aussi criant dans l'axe fantomatique reliant la gare au piétonnier (23 % de cellules vides), où croupissent des commerces peu avenants. " A Mons, la dégradation touche surtout les axes principaux. Les rues secondaires, elles, se portent mieux. C'est une situation inédite ", constate Nicolas Martin (PS), premier échevin en charge du développement économique. Ce 18 juillet, il présentera devant le conseil communal sa " stratégie de redéploiement du commerce dans le centre-ville de Mons ".
...

Vous souhaitez continuer à nous lire?

Lisez 3 articles gratuits par mois

Je m'enregistre Je suis déjà enregistré
ou

Les abonnés du Vif/l'Express bénéficient d'un accès illimité à tous les articles sur LeVif.be

Je prends un abonnement Je suis déjà abonné

Nos partenaires