Victoire de la N-VA : quand Elio Di Rupo fait l'autruche

14/10/12 à 15:34 - Mise à jour à 15:34

Source: Le Vif

Pas de vague rouge dans la cité du Premier ministre Elio Di Rupo. Avec 55,16 % des suffrages, le PS conforte sa majorité absolue (+ 3,61 %), mais reste loin de ses 61,35 % du scrutin de 2000.

Victoire de la N-VA : quand Elio Di Rupo fait l'autruche

© Image Globe

23 h 30 Statu quo à Mons Pas de vague rouge dans la cité du Premier ministre Elio Di Rupo. Avec 55,16 % des suffrages, le PS conforte sa majorité absolue (+ 3,61 %), mais reste loin de ses 61,35 % du scrutin de 2000. Le MR, son allié dans la majorité depuis 12 ans, progresse légèrement (+1,35 %). Le CDH perd des plumes (-3 %) et Ecolo reste stable aux environs de 8,8 %. L'extrême droite a disparu du paysage montois. Statu quo, donc.

Questions en suspens : Le PS reconduira-t-il sa majorité avec le MR ? Quel socialiste sera désigné bourgmestre faisant fonction ? Elio Di Rupo dépassera-t-il ses 13 390 suffrages de 2006 ? Réponse demain matin, lorsque les résultats personnels seront connus.

22 h 10- Résultats toujours très partiels à Mons (9 bureaux sur 30).

On sait que le PS a la majorité absolue, mais personne ne pensait qu'il l'a perdrait. Pour l'heure, on note juste un légère progression du MR, déjà partenaire dans la majorité.

22 h 00 - Victoire de la N-VA : quand Elio Di Rupo fait l'autruche Face à l'appel de Bart De Wever à une "réforme confédérale", Elio Di Rupo refuse de se positionner, plaide "la stabilité du pays" et se félicite de son succès montois. Bart De Wever a coutume de parler de deux démocraties quand il décrit la scène politique belge. Ce dimanche soir, l'impression a prévalu de vivre sur deux planètes quant après avoir entendu le futur bourgmestre d'Anvers en appeler à une "réforme confédérale", le futur mayeur empêché de Mons s'est surtout attaché à féliciter Julie, Bertrand et Sébastien pour le remarquable score du PS local. Pressé ensuite de répondre à l'exhortation de Bart De Wever par les journalistes de la RTBF et de RTL-TVi, Elio Di Rupo a persisté à plaider que le scrutin de dimanche était purement local. "Notre pays a besoin de stabilité. Les citoyens reconnaîtront notre travail", a juste concédé le Premier ministre comme considération un peu générale. En nourrissant l'espoir, semble-t-il, que 2014 ne ressemble pas à 2012. Au moins sur le plan électoral.

21h47 - Saint-Nicolas sans Michel Daerden

Le PS s'est aussi considérablement amoindri à Saint-Nicolas, la commune liégeoise dont Michel Daerden aurait dû hériter, et dans laquelle il avait transféré ses pénates avant son décès. Elle lui avait en effet été offerte sur un plateau d'argent par la fédération du PS liégeois après qu'il se soit fait débarquer de Ans par Stéphane Moreau. Le bourgmestre sortant Jacques Heleven conserve une écharpe à laquelle il ne croyait plus, mais le PS encaisse une chute de 8%, passant de 64,56 à 56,56%.

21h11 - Score presque stalinien à Farciennes : Hugues Bayet et le PS récoltent 79,79% des suffrages Le PS a remporté dimanche à Farciennes 79,79% des suffrages et 19 des 21 sièges disponibles au sein du conseil communal. Son chef de file, le bourgmestre sortant, Hugues Bayet a amélioré de plus de plus de 800 voix son score personnel, le faisant passer de 1.324 à 2.203 voix. Les trois autres listes (CDH, MR, PIF) n'ont pu rivaliser. Des trois, seule celle du cdH sera d'ailleurs représentée au sein du futur conseil communal (2 sièges). Parfois cité pour remplacer Paul Magnette en décembre prochain au sein du gouvernement fédéral, Hugues Bayet a affirmé dimanche soir que Farciennes était sa priorité. Je n'ai pas envie de partir au gouvernement fédéral, a-t-il indiqué.

20 h 40 - Tournai : Le PS en tête, Marghem (MR) dépasse Demotte Résultats définitifs dans la cité des Cinq Clochers : le PS conserve sa majorité relative avec 42,19 % des voix (+ 1,25 %). Il devra donc à nouveau composer avec un autre parti. Lequel ? Son partenaire sortant , le CDH, perd 5 ,7 % des suffrages par rapport à 2006 (11,11 % des voix). Le MR, lui, progresse d'autant ( 5,4 %) et récupère environ des tiers des voix. Ecolo perd 1,58 % (10,17 %). La logique électorale voudrait que le PS forme cette fois une confortable majorité avec les libéraux.

Ce qui constituerait un camouflet pour la tête de liste MR Rudy Demotte. Au duel des voix de préférence, le ministre-président wallon et francophone n'a pas réussi à l'emporter face à sa concurrente MR Marie-Christine Marghem. Avec 7274 voix, l'ex-bourgmestre de Flobecq, déménagé à Tournai, réalise un score personnel inférieur à celui de la championne 2006, qui récolte quelque 3000 voix supplémentaires : 7911 !

19h45 - Namur : le CDH prend 4 sièges à Ecolo

Les résultats officiels ne sont pas encore connus pour Namur, mais apparemment le CDH l'emporterait haut la main. Maxime Prévot, bourgmestre (depuis quelques mois) sortant aurait remporté le duel qui l'opposait à la ministre wallonne Eliane Tillieux (PS), qui n'aurait pas réussi à récupérer les pertes subies par son parti en 2006. Le CDH aurait 17 sièges (+4), mais des sièges pris à ses partenaires Ecolo de la coalition jamaïcaine. Ecolo qui n'aurait plus que 6 sièges. Le MR se maintient à 9 sièges, et le PS, avec 15, ne serait même plus le premier parti à Namur.

19h35 - Longue glissade du PS à Ath

Le PS d'Ath devra se trouver un allié : après dépouillement de 11 bureaux sur 12, sa majorité absolue, qui était de 59,6%, ne tient plus qu'à un fil (50,9%). Le maïeur sera sans doute socialiste, mais on ne peut encore dire si ce sera Jean-Pierre Denis, le bourgmestre sortant, ou, peut-être, Marc Duvivier, le secrétaire communal, ancien bras droit de Guy Spitaels.

19h25 - Bart De Wever : "c'est un jour en jaune et noir "C'est une journée jaune et noir pour Bart De Wever. "Nous avons atteint un point de non-retour. Ceci est un jour historique". C'est sur ces mots lourds de sens que Bart De Wever commence son discours devant ses supporters. Il vient de confirmer que la N-VA est devenue suite à ces élections, le plus grand parti de Flandre. " Ceci est indéniablement un signal fort envers le gouvernement fédéral de Di Rupo. Celui-ci ne peut plus ignorer que les Flamands ne veulent plus d'un gouvernement où la Flandre est minoritaire. Il est désormais temps que les partis francophones acceptent l'idée d'une Belgique confédérale."

19h 05 - Spa : le 6e mandat du patriarche

Le bourgmestre Joseph Houssa, 82 ans, se succède à lui-même à Spa pour un 6e mandat ! Sa liste MR s'est même permis le luxe d'augmenter sa majorité absolue à 55,19% (+1,7%), par contre il perd un siège (13 sur 21).

18h50 - changement à Eupen ?

Les sociaux-chrétiens du bourgmestre Elmar Keutgen (CSP) risquent bien de perdre le maïorat de la capitale de la Communauté germanophone. Ils disposaient grâce à l'alliance avec l'élu PDB de 13 sièges sur 25. Mais le PDB a disparu et le CSP a perdu 4 sièges. Il reste de justesse le premier parti, avec 29,6% des voix, et va sans doute courtiser l'un des autres partis, soit le PFF (MR) qui dispose de 7 sièges, ou Ecolo pareil. A moins que ces deux derniers ne fassent route ensemble, éventuellement avec les socialistes qui disposent de trois sièges.... Ecolo a réussi une hausse spectaculaire de plus de 14%.

18h45 - Benoît Lutgen semble assuré du poste de bourgmestre à Bastogne

Bastogne, la liste cdH remporte la majorité absolue avec 64,78%. Le président du parti Benoît Lutgen, qui occupait la première place, semble assuré du poste de bourgmestre. Il succèdera à Philippe Collard, un PSC passé au MR qui ne se représentait pas. Avant cela, c'est le père de Benoît Lutgen, Guy Lutgen, ancien ministre PSC du gouvernement wallon, qui a occupé le poste de bourgmestre de Bastogne de 1976 à 2000.

18h35 - Anvers : Patrick Janssens reconnaît sa défaite

Visiblement ému, Patrick Janssens, qui menait la liste du bourgmestre à Anvers, a reconnu lors d'une conférence de presse sa défaite et laisse désormais l'initiative de monter une coalition à Bart De Wever. "Il est encore trop tôt pour se lancer dans de grandes déclarations. Il faut désormais avaler cette pilule avant de songer à la suite. Je pense que nous avions un bon projet et fait une bonne campagne, mais nous sommes tout simplement tombé sur plus fort que nous. "


18 h 20 - De Wever en bonne voie pour remporter la bataille d'Anvers Le patron des nationalistes flamands, Bart De Wever, était en bonne voie, dimanche en début de soirée, d'enlever la ville d'Anvers lors d'un scrutin local jugé décisif pour l'avenir du pays.

Peu après 18h00, sur base du tiers des bureaux de vote déjà dépouillés (128 sur 361), la N-VA menait très nettement, avec 37,5% des suffrages, devant la liste municipale (sp.a-CD&V) menée par le bourgmestre sortant, Patrick Janssens, pointée à 29,1%. La Vlaams Belang, qui avait engrangé un tiers des voix dans la ville portuaire en 2006, chute à 10% à peine.

Les écologistes de Groen, emmené par la députée Meyrem Almaci et leur président de parti Wouter Van Besien, doublent leur score, avec 8% des voix.

La ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, qui avait spécialement emménagé à Anvers pour tenter d'y relancer l'Open Vld, manque totalement son pari. Sa liste ne réalise que 5,5%, soit moins que le Parti des Travailleurs de Belgique qui réalise une véritable percée, avec 7,9% des suffrages, vraisemblablement pris à liste du bourgmestre sortant.

18 h 02 - Une dégelée pour le PS à Ans

Stéphane Moreau, bourgmestre sortant de Ans où il avait évincé le bourgmestre en titre Michel Daerden sera le nouveau maïeur. Mais les bagarres internes semblent avoir laissé des traces puisque le PS perd plus de 9,5% des voix et sa majorité absolue qui était, avec Michel Daerden, de 52,76%.

17 h 49 - Wezembeek-Oppem : La liste francophone l'emporte largement
La liste francophone Union l'a nettement emporté dimanche avec plus de trois quarts des voix dans la commune à facilités de Wezembeek-Oppem, ressort-il du décompte final des votes. Elle a obtenu 77,7% des voix et 19 des 23 sièges du conseil communal.

La liste flamande WOplus a obtenu 22,3% des voix et quatre sièges. La tête de liste d'Union, Frédéric Petit (MR), a obtenu 1.926 voix. Le bourgmestre non nommé, François van Hoobrouck d'Aspre, qui poussait la liste en a obtenu 1.630.

17 h 47 - Le président du PS battu à Sprimont

Le président du Parti socialiste Thierry Giet n'aura pas réussi son pari à Sprimont, où il emmenait la liste PS. Les résultats donnent la liste du Bourgmestre en tête avec 40,84%, devant le PS avec 28,63%. Selon les résultats encore officieux, Thierry Giet perdrait même 8 voix par rapport à 2009, tandis que Claude Ancion (MR), le bourgmestre sortant, en gagnerait 6. Dur dur, la vie de président faisant fonction.

17 h 40 - Bart De Wever creuse l'écart face à Patrick Janssens: 10 points de différence La N-VA, emmenée par son président Bart De Wever, creusait l'écart, dimanche en milieu d'après-midi, à Anvers, devançant de plus de 10 points la liste du bourgmestre socialiste sortant, Patrick Janssens. Sur base d'un peu plus de 20% des bureaux déjà dépouillés (74 sur 361), les nationalistes de la N-VA menaient avec 38,6% des suffrages, devant la liste municipale (sp.a-CD&V) constituée par M. Janssens, 28,6%.

Le Vlaams Belang y chute lourdement, à 9,7%, devant les écologistes de Groen, 8%. L'Open Vld emmené par Annemie Turtelboom échoue à 5,8% à peine, derrière le Parti des travailleurs de Belgique qui engrange 7,3% des voix.

17 h 30 - Seneffe: PS dans l'opposition ?
Seneffe, petite commune hennuyère (11 000 habitants) empètrée dans des affaires de clientélisme imputées au PS local, notamment dans le logement social ("Les Jardins de Wallonie"), avait vu apparaître, ces derniers mois, une dissidence socialiste: Action citoyenne. Cette liste viendrait de remporter 3 sièges, le MR 9, le PS 7 et le CDH 2. On prête au MR l'intention de constituer une bipartite avec l'Action citoyenne. La fin d'une majorité socialiste absolue à Seneffe ? Le bourgmestre sortant, Philippe Busquin, n'avait pas pu empêcher l'émergence de deux leaders socialistes: Philippe Bouchez (premier échevin, adoublé par le PS) et Gaetan De Laever (Action citoyenne). Une fin de mandat plutôt perturbée...

17 h 17 - Le président des FDF, Olivier Maingain, a réagi à chaud dimanche soir sur RTL-TVI à l'annonce d'une percée de la N-VA dans les premiers résultats partiels des élections communales. "C'est dramatique mais c'était prévisible. Il s'agit de la conséquence logique des accords institutionnels", a-t-il commenté. Selon Olivier Maingain, on observe un transfert de voix du Vlaams Belang mais aussi du CD&V et de l'Open Vld vers la N-VA.

"Il s'agit d'un transfert de voix des nationalistes et fascistes du Vlaams Belang, des nationalistes confédéralistes du CD&V et aussi de l'Open Vld d'Alexander De Croo, qui avait effectué un mauvais choix sur BHV. Si tout cela se confirme, c'est un grave échec pour (le Premier ministre) Elio Di Rupo", a indiqué le président des FDF, par ailleurs heureux de ce qu'à Schaerbeek, la liste du bourgmestre Bernard Clerfayt pourrait l'emporter, selon un sondage réalisé à la sortie des urnes.

16 h 39 - A Anvers Bart De Wever devance Patrick Janssens

La N-VA, emmenée par son président Bart De Wever, était en tête, dimanche en milieu d'après-midi, à Anvers, devançant nettement la liste du bourgmestre socialiste sortant, Patrick Janssens. Après dépouillement de 40 des 361 bureaux, les nationalistes de la N-VA étaient pointés à 37,1%, devant la liste municipale (sp.a-CD&V) constituée par M. Janssens, 30,8%.

Le Vlaams Belang y chute lourdement, à 8,7%, juste devant les écologistes de Groen, 8,3% L'Open Vld emmené par Annemie Turtelboom est pointé à 6,6% à peine, ex-aequo avec le Parti des travailleurs de Belgique.

16 h 38 - A Louvain, le sp.a emmené par le bourgmestre Louis Tobback menait la course largement en tête, dimanche après-midi, après le dépouillement de 37 des 77 bureaux de vote. Les socialistes sont pointés à 31%, devant la N-VA (19,5%), le CD&V (18,6%) et Groen (15,2%).

16 h 25 - 300 à 400 appels à l'aide technique à Bruxelles

A la clôture des votes à 16h00, le helpdesk qui coordonne les bureaux de votes dans la Région bruxelloise avait enregistré de 300 à 400 appels, dont la majeure partie a été donnée en matinée, a-t-on appris dimanche.

A Woluwe-Saint-Pierre, des techniciens ont commis une erreur au niveau des connexions du nouveau système et ont fait un croisement entre deux machines. Le helpdesk affirme que rien n'a été perdu, mais que plusieurs heures seront nécessaires pour remettre de l'ordre dans les données.

16 h 25 - Soupçons de fraude électorale à Molenbeek

La police a dû intervenir sans violence pour rétablir le calme, dans la matinée de dimanche, aux bureaux de vote 8 et 9, à Molenbeek. En cause, des soupçons de fraude électorale qui ne peuvent être confirmés par les présidents de bureaux de vote, précise-t-on au helpdesk qui coordonne le déroulement des votes pour les élections communales dans la région bruxelloise.

Au bureau de vote 8 de Molenbeek, une assesseur a donné les explications sur la manière de voter en arabe à une femme qui ne parlait ni le français, ni le néerlandais. Seuls ces deux langues officielles sont normalement autorisées. Un témoin de parti a déclaré qu'il comprenait l'arabe et qu'elle incitait l'électrice à voter pour le bourgmestre sortant Philippe Moureaux (PS). Un esclandre a éclaté et s'est propagé au bureau de vote numéro 9. La police est intervenue pour calmer les esprits. Le président du bureau a confié des tâches administratives qui n'impliquaient plus de contact avec les électeurs à l'assesseur en cause.

16 h 02 - Pas de problèmes en Wallonie, 170 interventions en Flandre

On ne signalait aucun problème majeur dans les bureaux de vote wallons, ni dans ceux où l'on votait électroniquement, ni dans ceux utilisant encore le papier et le crayon, ont indiqué dimanche après-midi le directeur de la société qui gère le système de vote électronique, Philippe Evrard, et le porte-parole du ministre wallon Paul Furlan, Jean Fassiaux. En Flandre par contre, on a relevé quelque 170 incidents techniques "sérieux" dans des bureaux de vote. La ligne d'aide a enregistré environ 600 appels à l'aide, sur 6.163 bureaux de vote. Certains votes électroniques avaient par exemple été enregistrés en mode "test", ce qui obligera le bureau de dépouillement à les réencoder.

15 h 42- A Amay, commune de Jean-Michel Javaux, Ecolo voit rouge

La fenêtre du local de campagne des Ecolos d'Amay, dont la liste est menée par Jean-Michel Javaux, a été barbouillée de peinture rouge dans la nuit de samedi à dimanche. Derrière cette fenêtre figurait l'ensemble des affiches des candidats. Ce sont les noms de ces derniers qui avaient été barrés par la peinture. Même si la peinture est rouge, rien ne permet d'induire une éventuelle responsabilité du PS.

14 h 01- Opérations de vote sans encombre dans les communes à facilités

Dans les communes à facilités où les habitants ont reçu une convocation électorale tant du gouverneur du Brabant flamand que de l'administration communale francophone, tout s'est bien déroulé. Dans la pratique, les présidents des bureaux de vote acceptaient les deux convocations. Aucun incident à caractère communautaire ne s'est produit.

A Crainhem, la plupart des électeurs se sont munis des deux lettres de convocation, selon Luk Van Biesen, qui conduit la liste flamande Open. "Tout s'est bien déroulé. Il n'y a pas eu de discussions", précise la tête de liste.

A Wezembeek-Oppem, seuls quelques électeurs néerlandophones s'étaient munis des deux convocations tandis que les électeurs francophones se présentaient avec la convocation envoyée par la commune. "Les deux étaient acceptées. Nous le mentionnerons dans le procès-verbal", explique Jan Walraet de la liste flamande Woplus.

A Rhode-Saint-Genèse, aucun problème n'était signalé non plus, selon l'échevine flamande An Sobrie (Respect). La plupart des électeurs francophones se sont présentés munis de la convocation envoyée par la commune. En ce qui concerne les procurations, les présidents des bureaux de vote n'acceptaient que la convocation du gouverneur. "Autrement, quelqu'un pourrait voter deux fois par procuration".

Aucun problème enfin à Linkebeek, selon le bourgmestre Damien Thiery


13 h 00 - Un président de bureau de vote a débranché le nouveau système à Woluwe-Saint-Pierre
Le Helpdesk de la région bruxelloise en charge de régler les incidents techniques pour le vote aux élections communales a indiqué avoir reçu une centaine d'appels à 8h45 dimanche et en comptabiliser environ 250 à midi. Il relève quelques incidents, mais assure que, dans l'ensemble, le vote se déroule sans souci majeur.

Les communes de Saint-Gilles et de Woluwe-Saint-Pierre testent un tout nouveau système de vote électronique qui passe par un écran tactile et qui permet aux électeurs de vérifier leur vote électronique grâce à un bulletin-papier imprimé sur place.

A Woluwe-Saint-Pierre, un président de bureau de vote s'est énervé sur ce nouveau système et a débranché toutes les connections de sa machine dans le courant de la matinée, indique le helpdesk. Les électeurs ont été répartis sur les bureaux de vote voisins. Le système a pu être réinitialisé. Tous les bureaux de Woluwe-Saint-Pierre sont à nouveau ouverts.

Levif.be

Nos partenaires