Vervoort concernant le stade national : " Je propose que le fédéral s'empare du dossier"

13/12/17 à 07:07 - Mise à jour à 07:09

Source: Belga

(Belga) Plusieurs jours après que l'UEFA a écarté Bruxelles des villes-hôtes de l'Euro 2020, sur fond d'incertitudes dans le projet d'"Eurostadium" porté par la capitale, le ministre-Président bruxellois Rudi Vervoort (PS) indique mercredi dans un entretien à La Dernière Heure qu'il estime que le fédéral devrait reprendre le dossier.

"Je propose très sérieusement que le fédéral s'empare du dossier. Si c'est la Région bruxelloise qui reprend la main, il est certain que ça bloquera en Flandre. Donc, ça ne peut être que le fédéral. A-t-il la capacité de le faire? Y a-t-il une volonté politique? À eux de le démontrer", lance-t-il. Quant aux appels à reconsidérer l'option du stade Roi Baudouin plutôt que le "parking C", ce "n'est plus une option", assure-t-il. "Le stade Roi Baudouin peut devenir une option pour autant qu'il y ait un financement public. Or, un financement public n'est pas du tout à l'ordre du jour. Donc, non: le stade Roi Baudouin n'est plus une option". Quand il s'agit de désigner les responsables du "fiasco", Rudi Vervoort estime que "d'aucuns ne visaient qu'une seule chose: faire échouer l'affaire". "Entre autres : l'Union belge, le gouvernement fédéral, Bart Verhaeghe (vice-président de l'Union belge, promoteur de Uplace - concurrent de Neo - et président du FC Bruges, NdlR)". A l'Union Belge, on a "constaté un changement de direction", assure-t-il. "Le vrai patron, ce n'est pas Gérard Linard, c'est Bart Verhaeghe." "Torpiller Neo a toujours été un objectif majeur pour lui. C'est lui - on le sait - qui entretient les associations qui introduisent tous les recours. Il y a aussi la rivalité Bruges VS Anderlecht. Et à l'époque, il ne fallait surtout pas qu'Anderlecht profite d'un nouveau stade avec de l'argent public." Quant au gouvernement fédéral, "Charles Michel n'a jamais levé le petit doigt sur ce dossier (...) parce qu'il est incapable de faire quoi que ce soit face à une N-VA qui n'aurait jamais toléré que le gouvernement s'empare du dossier, porte une sorte d'union des forces vives belges pour mener ce projet à bien". (Belga)

Nos partenaires