Venezuela: le président Maduro accuse l'opposition de "mentir"

04/11/16 à 03:01 - Mise à jour à 03:04

Source: Belga

(Belga) Le président vénézuélien Nicolas Maduro a rejeté jeudi l'"ultimatum" lancé par l'opposition pour poursuivre le dialogue destiné à résoudre la crise, tout en accusant ses dirigeants de "mentir" aux Vénézuéliens.

Venezuela: le président Maduro accuse l'opposition de "mentir"

Venezuela: le président Maduro accuse l'opposition de "mentir" © BELGA

Le 11 novembre doit reprendre le dialogue instauré dimanche, sous les auspices du Vatican, entre le pouvoir chaviste et l'opposition de centre et de droite, majoritaire au Parlement. Mais la relative détente observée dimanche se délite à vue d'oeil. D'ici au 11 novembre, la Table de l'unité démocratique (MUD), qui réunit une bonne partie de l'opposition, a demandé des gestes de bonne volonté de la part du pouvoir, notamment de nouvelles libérations d'opposants. Et Nicolas Maduro s'est montré scandalisé que l'opposition ait pour objectif affiché, lors de ce prochain round, d'arriver à un accord pour organiser une élection présidentielle anticipée au premier trimestre 2017, au lieu de décembre 2018, comme prévu. "Il ne peut y avoir d'ultimatum, personne ne peut fixer d'ultimatum, chaque chose en son temps", a déclaré le chef de l'Etat lors d'une intervention radio-télévisée, expliquant implicitement qu'il comptait bien terminer son mandat. "Je veux tous vous alerter, et surtout vous les sympathisants de l'opposition: ils (les dirigeants de l'opposition, ndlr) vous mentent", a dit le président vénézuélien, alors que plusieurs milliers de ses partisans étaient rassemblés devant le palais présidentiel de Miraflores à Caracas. Au sein même de l'opposition, le dialogue avec le pouvoir est loin de faire l'unanimité. Quelque 300 étudiants ont ainsi manifesté jeudi dans la capitale, malgré la suspension de la marche sur la présidence prévue par l'opposition le même jour. Les antichavistes reprochent au président Maduro d'avoir plongé ce pays producteur de pétrole dans une grave crise économique en n'ayant pas su prévoir la chute des cours du brut, ni y réagir à temps. L'inflation devrait atteindre 475% cette année, selon le FMI, puis 1.660% en 2017. (Belga)

Nos partenaires