Veerle Baetens: "Nous les Flamands, nous ne sommes pas un peuple opprimé"

09/12/13 à 11:04 - Mise à jour à 11:04

Source: Le Vif

Ce samedi, la Belge Veerle Baetens a remporté l'award de la meilleure actrice lors de la 26e cérémonie des European Film Awards à Berlin. En compétition avec Keira Knightley, Noami Watts et Luminita Gheorghiu, l'actrice flamande a été récompensée pour son interprétation d'Elise dans le film "The Broken Circle Breakdown" de Felix van Groeningen.

Veerle Baetens: "Nous les Flamands, nous ne sommes pas un peuple opprimé"

© AFP

Face au monde du cinéma, Veerle Baetens s'est livrée à un ardent plaidoyer contre la scission de la Belgique. "J'espère que la Flandre et la Wallonie resteront unies. Nous avons quelque chose de spécial ensemble et il ne faut pas nous séparer".

"Certaines personnes veulent scinder le pays" a-t-elle expliqué plus tard. "Je trouve que nous devons rester ensemble".
Sur les réseaux sociaux, Baetens a été à la fois approuvée et critiquée pour ses propos. Elle se joint au plaidoyer pour la Belgique défendu également par le Diable Rouge Vincent Kompany et le chanteur bruxellois Stromae.

"Je venais y représenter la Belgique, pas la Flandre" a-t-elle déclaré un jour plus tard au quotidien De Morgen. "Les habitants des pays méditerranéens ne laissent pas passer une occasion pour exprimer leurs difficultés éprouvées par la crise. Nous pouvons également indiquer que quelque chose qui ne va pas chez nous".

"Ce n'était pas une déclaration politique, mais purement émotionnelle" a-t-elle expliqué au journal Het Belang Van Limburg. "De quoi nous occupons-nous en Belgique ? Nous les Flamands, nous ne sommes pas un peuple opprimé".

"J'étais bien évidemment consciente de ce que mes propos allaient provoquer des remous, mais pas que ce serait à ce point" s'étonne l'actrice. "Comprenez-moi bien, mes déclarations n'avaient pas de sens politique, car je ne connais rien à la politique. C'était purement émotionnel".

"Si ces propos me font accéder à la liste de mauvais Flamands, alors tant pis" a déclaré Baetens au journal Het Laatste Nieuws. "Je me sens en premier lieu citoyenne du monde, puis Européenne, ensuite Belge et après Flamande".

En savoir plus sur:

Nos partenaires