Van Overtveldt ne s'avance pas sur le budget 2016, l'opposition rivalise de petites phrases

16/03/16 à 16:51 - Mise à jour à 16:51

Source: Belga

(Belga) Le ministre des Finances, Johan Van Overtveldt, ne s'est pas avancé mardi en Commission à propos du contrôle budgétaire en cours. L'opposition est restée sur sa faim et a rivalisé de petites phrases pour qualifier le travail du gouvernement.

Le comité de monitoring a évalué à 2,2 milliards d'euros le montant à trouver pour réaliser l'effort européen de 0,6% et à 3,2 milliards si le gouvernement veut garantir l'objectif d'un déficit structurel d'1%. Le gouvernement veut retrouver l'équilibre budgétaire en 2018. Dans sa réponse, le ministre s'en est tenu à cet objectif. Il a aussi rappelé ses explications à propos de la détérioration des recettes fiscales (-1,6 milliard d'euros), notamment une erreur d'estimation fondée sur un versement anticipé exceptionnel d'une entreprise de 400 millions d'euros. Un système de monitoring permanent est à l'étude. Il a également pointé une tendance des entreprises à l'enrôlement de l'impôt des sociétés plutôt qu'au versement anticipé. Parmi les explications des moindres recettes TVA, il évoque l'impact des attentats de Paris et du "lockdown" de Bruxelles sur l'horeca. Le ministre N-VA ne veut pas non plus considérer le "tax shift" comme un problème. Certes, le virage fiscal a un coût mais il aura un impact positif sur l'emploi et donc contribuera à assainir les finances publiques. M. Van Overtveldt ne s'est pas prononcé sur les derniers calculs du gouvernement qui, en deux réunions, a réduit l'effort à fournir de 2,2 milliards à 1,3 ou 1,4 milliard. L'opposition ne l'a pas manqué, s'étonnant de la détérioration de la situation budgétaire et des soudaines bonnes nouvelles. "Le pilotage budgétaire de ce gouvernement me fait penser aux années 70, quand un certain Guy Mathot, ministre du Budget, considérait un déficit comme quelque chose qui va et vient", a lancé Benoît Dispa (cdH). "Vous ne faites plus un budget, vous faites de la magie!", a déploré Ahmed Laaouej (PS) qui a rappelé les mises en gardes adressée au gouvernement à la fin de l'année passée. "Ce n'est pas parce que l'on cache un problème qu'il n'existe pas", a averti Georges Gilkinet (Ecolo). (Belga)

Nos partenaires