Va-t-on maintenir le niveau d'alerte à son maximum ?

22/11/15 à 10:51 - Mise à jour à 12:45

Source: Belga

L'organe de coordination et d'analyse de la menace (Ocam) réalisera une nouvelle évaluation dans le courant de la journée de dimanche, indique le Centre de crise. Le ministre Geens pense que le métro circulera à nouveau à Bruxelles lundi.

Va-t-on maintenir le niveau d'alerte à son maximum ?

© Belga

Le ministre de la Justice, Koen Geens, a laissé entendre dimanche que le métro bruxellois sera à nouveau en circulation lundi "si tout se déroule normalement". "Nous voulons surveiller le métro", a-t-il déclaré dans l'émission "De Zevende Dag" sur la chaîne de télévision publique flamande VRT. Le métro sera-t-il remis en circulation lundi pour permettre la reprise du travail? M. Geens (CD&V) estime que oui, "nous n'allons pas paralyser Bruxelles économiquement", a-t-il indiqué. Il s'est toutefois voulu plus prudent peu après sur le plateau de la chaîne privée RTL-TVI. Interrogé sur le maintien du niveau d'alerte au plus élevé (4 sur une échelle de 4, sur avis de l'Ocam), M. Geens a affirmé que le gouvernement "va réaligner les choses cet après-midi", assurant que l'enquête sur les attentats de Paris et les liens avec la Belgique "progresse tout le temps". Le ministre-président de la Région Bruxelles-Capitale, Rudi Vervoort (PS), a pour sa part déclaré dans l'émission "Les décodeurs" de la RTBF que "le métro pourrait réouvrir malgré le niveau 4 de menace".

Plus tard dans la journée, l'Organe de coordination et d'analyse de la menace (Ocam) réalisera une nouvelle évaluation pour déterminer si le niveau d'alerte doit être maintenu à son maximum pour la Région bruxelloise, soit 4, ce qui signifie une menace "sérieuse et imminente". Un Conseil de sécurité national se réunira ensuite dans l'après-midi, rassemblant les principaux ministres du gouvernement fédéral et responsables des services de sécurité pour déterminer les mesures adéquates à prendre.

Les décisions qui seront prises en fonction de l'évaluation dans l'après-midi ne le seront en fonction du poids de l'activité économique. "Ce qui va jouer, c'est la capacité policière et militaire pour sécuriser le réseau", a-t-il souligné. Il a encore précisé qu'il n'y avait pas de lien entre fermeture du métro et risque spécifique pour le métro.

Le niveau a été porté à son maximum pour la Région bruxelloise samedi, soit 4, ce qui signifie une menace "sérieuse et imminente". Dans le reste du pays, le niveau est à 3, soit une menace "possible et vraisemblable". Il a été demandé aux 19 communes de l'agglomération bruxelloise d'annuler les grands événements sur leur territoire. Une communication ciblée à destination de la population a également été préconisée, afin que les rassemblements importants soient évités.

Une nuit calme

La nuit de samedi à dimanche a été calme dans la capitale. Les stations de métro et prémétro ont été fermées samedi et le resteront au moins jusqu'à dimanche après-midi. La situation est évaluée au jour le jour, précise la Stib. En surface, les trams circulent, mais une dizaine de ligne sont perturbées par les mesures de sécurité. Des bus navettes ont été mis en place à certains endroits pour pallier à l'interruption des lignes. Concrètement, la ligne 3 n'est pas exploitée entre Berkendael et Thomas, la 4 entre Progrès et Berkendael, la 7 entre Pétillion et Meiser et entre De Wand et Heysel, la 19 entre Sacré Coeur et Cimetière de Jette, la 25 entre Pétillion et Meiser, la 39 et la 44 sont exploitées en "boucle Montgomery", la 51 n'est pas exploitée entre Porte de Ninove et Van Haelen, la 55 n'est pas exploitée entre Rogier et De Trooz, la 81 ne dessert pas Midi et la 82 n'est pas exploitée entre Midi et Porte de Ninove.

En savoir plus sur:

Nos partenaires