USA: quatre fois plus de risque de décéder d'une surdose d'opiacés qu'en 2000

05/12/17 à 01:39 - Mise à jour à 01:41

Source: Belga

(Belga) Les personnes hospitalisées pour une surdose d'opiacés avaient quatre fois plus de risques de décéder en 2014 qu'en 2000, selon une étude qui pointe notamment du doigt l'essor du fentanyl, un nouvel analgésique beaucoup plus puissant que l'héroïne.

"Plus de 35.000 personnes sont mortes l'an dernier d'une surdose d'héroïne ou d'opiacés synthétiques", précise Zirui Song, professeur adjoint à la faculté de médecine de l'université de Harvard. En 2000, 0,43% des hospitalisations liées à la prise d'opiacés avaient résulté en un décès contre 2,02% en 2014, selon les chercheurs, dont les conclusions sont publiées lundi dans la revue Health Affairs. Cette progression illustre l'ampleur de la crise de santé publique à laquelle sont confrontés les Etats-Unis ces dernières années. Les Blancs de plus de 50 ans aux revenus modestes sont les plus durement touchés par cette explosion de la mortalité par opiacés, soulignent les scientifiques. Le taux d'hospitalisation lié à ces substances est resté relativement stable ces quinze dernières années mais elles sont de plus en plus dues à des surdoses. Avant 2000, la plupart des personnes se retrouvaient à l'hôpital à cause de leur dépendance aux opiacés ou à l'héroïne. Sur la même période, le taux de mortalité lié à la consommation d'autres drogues est resté inchangé. "Ces résultats sont seulement une petite partie du problème auquel sont confrontés le corps médical et les décideurs en matière de santé publique", souligne le professeur Song, jugeant que la "situation qui en découle est préoccupante". La crise des opiacés a été décrétée fin octobre urgence de santé publique par le président américain Donald Trump. Quelque 2,4 millions d'Américains, sur environ 320 millions d'habitants, en sont actuellement dépendants et 90 d'entre eux en meurent chaque jour. (Belga)

Nos partenaires