USA: décès en prison d'un tueur en série, symbole de la violence des années 60 à New York

05/04/16 à 17:57 - Mise à jour à 17:57

Source: Belga

(Belga) Winston Moseley, un tueur en série psychopathe, symbole de la violence des années 1960 à New York, est décédé à 81 ans, après plus d'un demi-siècle en prison.

Sa victime la plus emblématique, Kitty Genovese, 28 ans, violée et tuée à coups de couteau en mars 1964 dans son immeuble du Queens sans que ses voisins ne réagissent à ses appels à l'aide désespérés, avait profondément marqué la ville, devenant le symbole de l'indifférence urbaine. New York avait enregistré cette année-là 636 meurtres, contre 75 en 2015. Selon les autorités pénitentiaires de l'Etat de New York, Winston Moseley est décédé le 28 mars. Le 13 mars 1964, vers 03H00 du matin, il avait choisi sa victime, gérante de bar, au hasard. Il l'avait suivie d'abord en voiture, puis à pied jusqu'à son immeuble. Il l'avait poignardée à l'extérieur, s'était éloigné lorsque des lumières s'étaient allumées à la suite de ses cris. Il était revenu 10 minutes plus tard, avait retrouvé la jeune femme dans un hall de l'immeuble, l'avait à nouveau poignardée et violée. Arrêté cinq jours plus tard, il avait avoué le meurtre et le viol de deux autres femmes. Il avait été condamné à la chaise électrique, mais la peine capitale avait été abolie dans l'Etat de New York en 1965. Le meurtre de Kitty Genovese avait conduit à une vaste introspection collective, et à la mise en place en 1968 du système d'appel téléphonique simplifié à la police, via le numéro 911. Winston Moseley était détenu à la prison de Clinton à Dannemora (nord de l'Etat de New York), l'établissement dont deux prisonniers s'étaient spectaculairement échappés en juin dernier. Lui-même s'était évadé en 1968, avait violé une femme, pris des otages sous la menace d'une arme, avant d'être à nouveau arrêté. (Belga)

Nos partenaires