USA: Cosby de retour au tribunal pour faire annuler les poursuites

02/02/16 à 22:42 - Mise à jour à 22:42

Source: Belga

(Belga) Bill Cosby est revenu mardi devant un tribunal de Pennsylvanie, ses avocats espérant faire annuler les poursuites pour agression sexuelle lancées en décembre contre le célèbre acteur américain.

Ils ont notamment fait témoigner l'ancien procureur en charge du dossier, qui a fait état "d'incohérences" dans les déclarations de sa victime présumée. Accusé depuis des mois par des dizaines de femmes, l'acteur de 78 ans a été inculpé le 30 décembre d'agression sexuelle aggravée pour des faits remontant à début 2004, sur la personne d'Andrea Constand, une ancienne employée de l'université de Temple, en Pennsylvanie. Poursuivi par la jeune femme au civil quelques mois après les faits, il avait accepté d'être auditionné avant de trouver un accord financier avec Andrea Constand en 2005. C'est sur des extraits du procès-verbal de cette audition que le procureur du comté de Montgomery, en Pennsylvanie, s'est appuyé pour engager des poursuites contre Bill Cosby. Selon les avocats de l'acteur, le procureur a violé, à cette occasion, l'engagement, pris fin 2005 par son prédécesseur, Bruce Castor, de ne pas poursuivre le créateur et héros de la série "The Cosby Show" s'il acceptait d'être auditionné. Bruce Castor a notamment indiqué qu'il existait des "incohérences" dans les déclarations d'Andrea Constand, interrogée à plusieurs reprises par les autorités. Il a également estimé que le fait que la jeune femme ait contacté un avocat avant d'être interrogée par les autorités pour la première fois jouait en sa défaveur. "Ses actes avaient ruiné sa crédibilité", a-t-il conclu. Il a également souligné, pour justifier sa décision, qu'Andrea Constand avait déposé plainte environ un an après les faits présumés et qu'il était donc impossible de réaliser des prélèvements et de recueillir des preuves matérielles de l'agression. Bruce Castor a également révélé qu'à l'époque où les accusations ont été rendues publiques pour la première fois, en 2005, plusieurs femmes avaient contacté ses services pour faire état d'agressions commises par Bill Cosby. Il avait néanmoins considéré que les faits supposés étaient prescrits car "trop anciens". (Belga)

Nos partenaires