Unicef: les attaques contre les enfants ont pris des proportions alarmantes en 2017

28/12/17 à 15:47 - Mise à jour à 15:49

Source: Belga

(Belga) Au cours de l'année 2017, les attaques contre les enfants ont pris des proportions alarmantes dans les zones de conflit du monde entier, dénonce jeudi le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (Unicef).

Près de 700 enfants ont été tués pendant les neuf premiers mois de l'année en Afghanistan, tandis qu'en République centrafricaine, des enfants ont été tués, violés, enlevés ou recrutés par des groupes armés, à la suite de l'aggravation spectaculaire de la violence, avertit l'Unicef. En République démocratique du Congo, dans la région du Kasaï, les violences ont chassé de chez eux 850.000 enfants, et plus de 200 centres de santé et 400 écoles ont été attaqués. En 2017, au moins 135 enfants ont également été contraints par Boko Haram de mener des attentats suicides à la bombe, soit près de cinq fois plus qu'en 2016, pendant que des enfants servaient de boucliers humains en Irak et en Syrie. Les enfants rohingyas, victimes ou témoins d'actes de violence effroyables, n'ont pas non plus été épargnés au Myanmar. Au Soudan du Sud, plus de 19.000 enfants ont aussi été recrutés dans des groupes armés, alors que plus de 2.300 ont été tués ou blessés depuis décembre 2013. Enfin sur les 10 premiers mois de l'année, 1.740 cas de recrutement d'enfants ont été signalés. Par ailleurs, au moins 5.000 enfants sont morts ou ont été blessés après presque 1.000 jours de combat au Yémen. "Les enfants sont pris pour cible et exposés à des attaques et des actes de violence chez eux, à l'école et sur leurs terrains de jeu", déclare Manuel Fontaine, directeur des programmes d'urgence de l'Unicef. "À mesure que ces attaques se poursuivent, année après année, nous ne devons pas céder à l'indifférence. Il ne faut pas que cette violence devienne la norme." Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance appelle l'ensemble des parties aux conflits dans le monde à mettre fin immédiatement aux violences commises envers les enfants et "à la prise pour cible de l'infrastructure civile, notamment des écoles et des hôpitaux". (Belga)

Nos partenaires